Femme des dunes (1964)chef-d'oeuvre du Japon 
Cinéma
Dim. 24 avril 2016 à 18:30
Cinéma VA-114
1395, boul. René-Lévesque O., Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:8.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Note: Café, thé et desserts disponibles durant l'entracte. Stationnement gratuit après 18h.

Dans une contrée désertique et isolée, un entomologiste devient le prisonnier d’une veuve étrange vivant au fond d’un puits de sable. Comme plusieurs films phares de la Nouvelle Vague japonaise, La Femme des Dunes conjugue érotisme et réflexion philosophique. Teshigahara nous plonge dans un monde sensuel de chaleur, de sable, de sueur, de travail et de sexe. Le combat absurde, éternellement recommencé, contre le sable qui menace sans arrêt, variation sur le mythe de Sisyphe, devient une puissante métaphore de la condition humaine.

Rarement aura-t-on fait au cinéma un usage aussi concret, envahissant et cauchemardesque d’un élément naturel. On pense à The Wind de Sjöström (1928) ou à la finale de Greed (1924). Tout aussi véhément et troublant est le combat des sexes, l’affrontement entre cette femme et cette homme que leur façon de vivre et de sentir oppose irrémédiablement. Confronté à cette autre existence, l’entomologiste en arrivera à questionner l’existence et le sens même de la liberté, du libre arbitre, de la conscience et l’individualité. Des questions qui sous-tendent les transformations sociales du Japon d’après-guerre où le rapport à soi et à la société reste tiraillé entre modernité et tradition. Le film tire sa force de cet équilibre parfait entre nihilisme et beauté plastique, matière et idée, détail et ensemble, intemporalité et histoire.

Teshigahara – par ailleurs peintre, potier et maitre de l’ikebana – est un cadreur et un scénographe minutieux et imprévisible. Sa mise en scène est portée par la musique minimaliste de Toru Takemitsu, à qui on doit aussi la trame sonore de Ran de Kurosawa. Eiji Okida (Hiroshima mon amour) et Kyôko Kishida, qui a aussi travaillé avec Ozu et Ichikawa, donnent des performances éblouissantes. Un film presque parfait, et sans conteste un des grands chefs d’œuvres du cinéma japonais.

LA FEMME DES DUNES (Suna No Onna )
(1964, Japon, 123 min., v.o.s-t.a.)
De Hiroshi Teshigahara

www.cineclubfilmsociety.com

  Femme des dunes (1964)chef-d'oeuvre du Japon

Inscription
Fil culturel | Cinéma

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Ciné-Conférence de voyage : NORVÈGE
  FIFEM | Avril et le monde truqué
  Écartée de Lawrence Côté-Collins
  Le Fondateur | Première Montréal VF
  Ciné-Conférence de voyage : PROVENCE
  Ciné-Conférence de voyage : LA RÉUNION
  Julieta
  Ciné-Conférence de voyage : POLOGNE
  Là où Atilla passe
  FIFEM | Astérix – Le Domaine des dieux
  Juste la fin du monde de Xavier Dolan
  Le Fondateur | Première Sherbrooke VF
  Ciné-Conférence de voyage : PORTUGAL
  Moi Nojoom, 10 ans, divorcée
  L’avenir de Mia Hansen-Løve



Vos commentaires

Femmes des dunes  
J'ai bcp aimé! Merci!

Julie F.
Lun. 25 avril 2016