Ce n'est pas la fin du monde Ce n'est pas la fin du monde 
Danse
Ven. 12 février 2016 à 20:00
Maison de la culture Ahuntsic-Cartierville
10300, rue Lajeunesse, Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:0.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Privilège pour les membres atuvu.ca: en réservant sur atuvu.ca vous n'êtes pas obligés de récupérer vos billets à l'avance, ils seront disponibles à la porte, le soir même, sur présentation de votre reçu de réservation.

Exorciser nos peurs et nos doutes face à un monde devenu fou, voilà le pari de Sylvain Émard qui pousse dans une danse passionnée sept interprètes masculins dans le tourbillon d’un monde contemporain en pleine mutation. Chargé de testostérone, le plateau vibre de ces êtres qui refusent d’abdiquer face au malaise ambiant. La rage au corps, ils dansent l’urgence. Des histoires où les corps exultent avec force et sensibilité et traduisent toute la complexité et la beauté émanant d’hommes saisis par le trouble et la confusion qui planent sur notre époque.

Spectacle présenté dans le cadre du Conseil des arts de Montréal en tournée.


  Ce n'est pas la fin du monde

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Emma la clown et Catherine Dolto
  Dubwise Sundays | Reggae Dub Roots
  Apéro Ecto et marathon d'écriture
  L’Alzheimer
  BurlesGeek Montreal #11: Comics Burlesque
  Réversible | Les 7 doigts à la Tohu
  Chant prénatal
  Atelier guidé "Méditons ensemble"
  Ateliers créatifs de Noël
  Atelier Danse Bollywood pour tous! 7 à 107 a
  CLAP ! Centre de recherche en art clownesque
  Poésie et Open Mic



Vos commentaires

7 hommes en mouvement   
Ce fut un plaisir de découvrir le travail de Sylvain Émard chorégraphe. J'apprends ce soir que cette troupe a une réputation international . Ce spectacle roule depuis un moment,c'est tout un privilège de voir ces sept hommes nous faire cette performance à la maison de la culture. Ces hommes bougent avec une précision du mouvement étonnante à nous couper le souffle. Merci anabelle

Anabelle F.
Lun. 15 février 2016