Deuil ou délices ? 
Théâtre
Ven. 12 février 2016 à 21:00
LHOTEL54
5 rue du royal 22ième régiment, Saint-jean-sur-Richelieu
  Carte
10.00$ / 33 % de rabais! (Régulier:15.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

DEUIL OU DÉLICES ?
Un conte coquin à l’époque de la Rome antique

Toute la ville parle de cette jolie veuve qui se laisse mourir de faim et de soif sur la tombe de son mari… Partout on admire son dévouement et son intransigeant amour. Deux sympathiques soldats montant la garde devant le cadavre d’un crucifié l’ont évidemment remarquée. L’un d’eux, le fringant Dinus, se met en tête de convaincre la belle de renoncer à la mort et d’embrasser la vie ! Le second garde essaiera tant bien que mal d’appuyer son ami dans cette délicate entreprise tout en se laissant séduire par une jeune et mystérieuse inconnue qui hante le cimetière…

La vie affronte la mort dans cette pièce inspirée d'un passage de l'œuvre de Pétrone (auteur romain)… Les plaisirs des sens s’opposent aux idéaux de chasteté… Les corps et les esprits se combattent dans une hilarante comédie aux doux érotismes et à la bonne humeur contagieuse!

Texte et mise en scène de Mathieu Quirion
Scénographie de Valérie Campbell
Avec Patrick Bérubé, Marie-Claude Blanchet, Stéphanie Boileau et Patrick Gerard

www.laboiteasurprise.ca

  Deuil ou délices ?

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Ciel et cendres - Lucie Grégoire Danse
  Moi, petite Malgache-Chinoise
  Voyage dans le Temps
  Les danses de la mi-chemin 2016
  L’École buissonnière | Pierre-Paul Savoie
  L'Envers de moi



Vos commentaires

Deuil ou Délices   
Pour dire la vérité....C'était dans un bar miteux, un genre de place à ''cocaïne!!!'' et la pièce était particulièrement amateure!!!.. on a quitté à l'entracte! Le décor était en carton brun, le texte plutôt ridicule, ne m'a pas intéressé mais par contre, les acteurs se défendaient bien malgré la pauvreté de l'ensemble de l'oeuvre!!!

Carole B.
Ven. 19 février 2016