FFIM | Le syndrome de Jérusalem FFIM | Le syndrome de Jérusalem 
Cinéma
Mar. 9 juin 2009 à 21:00
Cinéma du Parc
3575, av. du Parc, Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:8.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Un film de Stéphane Bélaïsch - 2007 - 90mn – Israël - Hébreu – Sous titres français

Présenté dans le cadre du Festival du Film Israëlien de Montréal.

Plusieurs personnages très différents se retrouvent, dans un cherout (NDLR un petit taxi collectif). Il y a Jonas, un Français (joué par Lionel Abelanski), qui a attrapé le syndrome de Jérusalem, et qui se prend pour un prophète. Avec lui, une soldate, un kibboutznik, une prostituée russe, un religieux juif orthodoxe, et tout ce petit monde se voit obligé de partager la cavale du kibboutznik, qui a volé le chérout et se fait passer pour le chauffeur.



Ce film est un road movie déjanté, qui montre toutes les facettes de la société israélienne. Il n’y a d’ailleurs pas forcément de message sous-jacent dans le film, qui se veut plutôt une vitrine du pluriculturalisme et des divers modes de vie qui se côtoient en Israël.

www.ffim.ca

  FFIM | Le syndrome de Jérusalem

Inscription
Fil culturel | Cinéma

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Je suis un arbre sans feuille
  Botox & Silicone
  Les monologues du vagin
  Mohamed le Suédois
  L'Éveil
  Les habits de sa majesté
  Action Movie
  La singularité est proche
  Coach de l'Amour
  Un soir à Paris
  Jeannot dans la tempête
  No strings (attached)
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Mémoire de Lou | Théâtre de l’avant-pays
  Le clan des divorcées



Vos commentaires

Sourires et ... fous rires  
Ce film est une belle représentation de la société hétérogène israëlienne et casse bien l'idée que l'on se fait de ses habitants. C'est un film léger, quelques fois cocasses, où l'on s'attache aux personnages et d'où l'on sort plus léger.

Myriam V.
Mer. 10 juin 2009



Un brin de folie  
Un brin de folie pour exprimer ce qu'est Jérusalem. On a bien rigolé! Pour ne pas oublier qu'à Jérusalem, il n'y a pas que des drames. Merci!

Stephanie P.
Mar. 9 juin 2009