DÉPFLIES X DÉPFLIES X 
Théâtre
Ven. 30 septembre 2016 à 20:00
Théâtre Ste-Catherine
264, rue Sainte-Catherine E., Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:13.80$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Dépflies est de retour pour son dixième et dernier épisode. Produite par Le Nouveau International, la pièce est marquée de sa signature authentique et souvent reconnue comme de “l’anti-théâtre”. Depuis quatre ans, c’est cette caractéristique qui discerne à Dépflies une précieuse considération au sein de la culture montréalaise. Les auteurs Alain Mercieca et Danny Belair créent, une fois de plus, un scénario impérieux aux saveurs de comédie absurde, ramenant au goût du jour le dynamisme entre les nuances des personnages. Dépflies est une série unique de Montréal à laquelle tous aimeront prendre part.

La série décrit la vie quotidienne des employés d’un dépanneur dans le quartier de St-Henri. Marie-Isabelle et Peter Bellechasse rencontrent des individus provenant de divers mondes: des vieilles, des yos, des poètes de ruelles, des étudiants, des immigrants, des francos et des anglos. C’est une comédie sur la beauté du Québec dans un monde changeant, centré autour de l’église, de la consommation et du centre communautaire qu’est le dép.

NOTE: Spectacle bilingue

  DÉPFLIES X

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Le clan des divorcées
  Les monologues du vagin
  Jeannot dans la tempête
  Partout ailleurs
  Splendeur du mobilier russe
  Guerre et Paix
  Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran
  Splendeur du mobilier russe
  Papoul
  Tout est drôle sauf le titre
  Lignedebus
  La singularité est proche
  Botox & Silicone
  Les mille et une nuits
  Burn Out Total



Vos commentaires

Très bons comédiens  
Nous avons passés un bon moment, nous avons rit beaucoup. Merci à la troupe.

Christiane B.
Sam. 8 octobre 2016



Bilingue  
Mes invités n'ont pas pu apprécier à sa juste valeur cette pièce, car ils ne sont pas parfaitement bilingues. Dommage! Ce n'était mentionné qu'à l'entrée du théâtre .

Yves C.
Ven. 7 octobre 2016