Lewis Furey – Brahms Lieder Lewis Furey – Brahms Lieder 
Musique
Ven. 11 novembre 2016 à 20:00
Le petit Outremont
1248, av. Bernard O., Montréal
  Carte
29.00$ / 15 % de rabais! (Régulier:34.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

IMPORTANT: Instructions de récupération spéciales. Lisez bien votre reçu de réservation.

« Je me sens comme un magicien quand je parcours une chanson de Brahms – si je la déchiffre attentivement, si j’écoute chaque note que je joue, chaque phrase que je chante, la magie opère : la chanson s’éveille et éclot devant moi. Crues et confessionnelles, elles sont profondément personnelles ; des réflexions intimes sur l’amour et la mort, infusées d’une sexualité sublimée.

Brahms a écrit quelque 200 chansons pour voix et piano de son adolescence jusqu’à sa mort à 64 ans. Tous les deux ans, il publiait 10 à 12 chansons et ses fans se précipitaient dans les librairies de musique pour ramener les partitions chez eux, les déchiffrer en famille et les interpréter pour les amis.

Comme auteur-compositeur-interprète j’étais fasciné par la qualité, la stabilité, et la pérennité de la production de Brahms et cette combinaison unique de profondeur et d’accessibilité qui caractérise sa musique.

Sur le plan émotif, les lieds de Brahms se situent dans un théâtre d’ombres et de lumières: un paysage intérieur ou ces chansons de désir et de plaisir, de perte et de regret, de plénitude et de souvenir naissent et fleurissent. Le spectacle est construit autour d’une quinzaine de lieds que j’ai adaptés en anglais et que je chante au piano. »

Lewis Furey

www.lewisfurey.com

  Lewis Furey – Brahms Lieder

Inscription
Fil culturel | Musique

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Histoires de Fins
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  No strings (attached)
  Les habits de sa majesté
  Cabaret Tollé
  Toute femme est une étoile qui pleure
  Les monologues du vagin
  Le Sapin de Noël
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Mémoire de Lou | Théâtre de l’avant-pays
  Ai-je du sang de dictateur?
  Dans la tête de Proust
  Le clan des divorcées
  Crudités
  La singularité est proche