Festival Nuits d'Afrique | Maria de Barros Festival Nuits d'Afrique | Maria de Barros  
Musique
Sam. 18 juillet 2009 à 21:00
Kola Note
5240, avenue du Parc, Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:35.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Révélation du festival 2004, la nièce de Cesoria Evora ensoleille la musique capverdienne par une interprétation sensuelle, fraîche et baignée de soul des morna et coladeira traditionnelles.

Être la filleule de Césaria Evora n’est pas chose évidente. Comment ne pas craindre la comparaison avec la diva aux pieds nus? Pourtant Maria de Barros s’est parfaitement sortie de ce parcours semé d‘embûches. Difficile en effet de faire mieux que sa musique aux rythmes chaloupés, sa voix chaleureuse, le tout dans le respect des morna et coladeira traditionnelles.

Cette chanteuse, née de parents cap-verdiens, chante essentiellement en portugais mais elle parle un français et un anglais impeccables grâce à son histoire faite de migrations. Elle voit le jour au Sénégal et grandit en Mauritanie. Puis, alors qu’elle est encore adolescente, Maria de Barros s’installe avec ses parents à Rhode Island. C’est là-bas, plus qu’en Mauritanie, qu’elle rencontre vraiment les membres de la communauté cap-verdienne. Finalement, elle attend les États-Unis pour se lancer dans la musique de ses racines, pour chanter son pays et sa culture d’origine.

Elle traverse ensuite son pays d’adoption pour s’installer à Los Angeles. Elle y sort son premier album, Nha Mundo, encouragée par Césaria Evora, qui maintient sa présence rassurante. «Elle tenait tellement à ce que je fasse ce premier disque... Elle m’a dit qu’elle ne serait plus ma marraine si je ne le sortais pas. Après tout, si elle m’a elle-même choisie comme filleule, elle peut également me retirer ce titre.» Heureusement, l’héritière a sagement suivi les conseils avisés de sa marraine. Un deuxième album, Dança Ma Mi, ne tarde pas à voir le jour.

En 2009, elle sort son troisième disque, intitulé Morabeza. Il porte les mêmes influences variées, d’Afrique, du Brésil, des Caraïbes, de France, d’Espagne, mêlant ainsi des rythmes reggae, zouk, boléro, sambas, salsa... Sa musique transcende les nationalités et les cultures. Les générations aussi : ses textes sont écrits par des paroliers installés tels que Manuel d'Novas, Betu, Kaka Barbosa, Jorge Barbosa ou Teofilo Chantre, mais également par des talents plus jeunes comme To Alves, Calu di Guida, Joe Andrade, Kalu Monteiro ou Djim Job.
Morabeza signifie «l’âme d’un peuple», une promesse de solidarité lors des périodes difficiles, de gentillesse, de tendresse, d’hospitalité, d’amitié. Une promesse que l’on retrouve à l’état pur dans les chansons de Maria de Barros.

www.festivalnuitsdafrique.com

  Festival Nuits d'Afrique | Maria de Barros

Inscription
Fil culturel | Musique

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Voyage dans le Temps
  Moi, petite Malgache-Chinoise
  L’École buissonnière | Pierre-Paul Savoie
  Les danses de la mi-chemin 2016
  L'Envers de moi



Vos commentaires

Frais et rythmé...  
Sympathique spectacle. Version Cesaria Evora, peut-être un peu édulcorée, mais tout de même fort agréable pour une petite danse.

Ilya K.
Dim. 19 juillet 2009



Belle de scène  
Comme sa matante Césoria Évora, ce n'est pas long que ses souliers prennent le bord et qu'elle se met a virevolter et a tournoyer sur la scène. Le public d'ailleurs répond bien et envahit rapidement la piste de danse. Et lorsqu'elle se met a se faire bouger le popotin même un conservateur eunuque ressentirait un léger fourmillement. Spectacle réglé au quart de tour avec des musiciens des plus efficace. Elle occupe la scène de façon magistrale mais a cause de sa beauté, de sa grâce, de son charme et de ses courbes jamais je n'oserais la traiter de bête de scène.

Yves P.
Dim. 19 juillet 2009



Du soleil, de la joie de vivre  
Dès les premières notes on reconnaît les origines capeverdiennes de Maria de Barros. Accompagnée de plusieurs musiciens, elle chante en portugais, espagnol et aussi en français avec une élégance dans la voix et le mouvement qui n'a d'égal que ses sompteuses tenues. Le public enthousiaste dansait des hanches "meché cadeiras" sur le plancher de danse du Buena Note, tel que suggéré par la chanteuse. Maleuhreusement pour qui ne dansions pas, il nous en était difficile de voir les artistes. Ce fut néanmoins un très bon spectacle et je me promets d'acheter ses disques.

Chantal S.
Dim. 19 juillet 2009