Mort de peine Mort de peine  
Théâtre
Lun. 24 août 2009 à 20:00
Théâtre de Quat'sous
100, av. des Pins E., Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:30.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Note: les retardataires ne sont pas admis.

Une coproduction du Théâtre de Quat’Sous et de Urbi et Orbi

Un chien meurt, frappé par un chauffard, comme une manifestation du dérisoire tragique ordinaire. Cette mort, de trop comme toutes les morts, fera basculer Yan dans ses souvenirs, douloureux pour la plupart. Il se met dès lors à se confier. Son récit, comme un air de blues, nous transporte dans un univers peuplé de personnages en-allés. Il creuse son passé comme il creuse une fosse pour le chien. C’est pourtant bien plus que le chien qu’il enterre, c’est toute sa douleur.

Haut lieu de fiction et de rêve, la scène peut aussi se transformer en tribune. Ici, elle nous interpelle sans ambiguïté à propos de la violence et de ses répercussions dans la société. L’auteur, constamment à la recherche d’une vérité brute, sans détour ni artifice, possède cette grande humanité qui donne aux mots leur véritable sens. Une pièce coup-de-poing qui risque fort d’ébranler quelques certitudes.

Texte : Yvan Bienvenue
Mise en scène : Louis Bélanger
Avec : Louis Champagne et Michael Jerome Browne
Scénographie : Charlotte Rouleau + Costumes : Catherine Gauthier + Ambiance musicale : Erik West Millette + Éclairages : Claude Cournoyer + Maquillages et coiffures : Suzanne Trépanier + Assistance à la mise en scène et régie : Isabelle Brodeur

www.quatsous.com

  Mort de peine

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  No strings (attached)
  Histoires de Fins
  Ai-je du sang de dictateur?
  Le clan des divorcées
  Dans la tête de Proust
  Les habits de sa majesté
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Mémoire de Lou | Théâtre de l’avant-pays
  Les monologues du vagin
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  Cabaret Tollé
  Toute femme est une étoile qui pleure
  Gloucester - Délire shakespearien
  Jeannot dans la tempête
  Le Sapin de Noël



Vos commentaires

Je t'aime moi non plus  
Très bonne scénographie et mise en scène sur un thème récurrent du théâtre québécois des dernières années. Faire le lien entre le blues et les tragédies de la vie était aussi une bonne idée. Cependant il y a quelques faiblesses dans le texte qui finnisent par agresser.

Yves P.
Sam. 5 septembre 2009



Mouais...  
La pièce est larmoyante, on empile le pathétique pour essayer de nous atteindre, mais au final nous sommes restés froids. La scène est très bien, j'ai bien aimé que l'on puisse y enterrer un chien. Les acteurs sont bien. Nus aurions peut-être été plus touchés si nous avions nous-même vécu des grand deuils...

Côté V.
Mer. 26 août 2009



Bien aimé les symbole  
Personnage provenant d'un quariter défavorisé, c'est touchant. Très intéressant, simplicité, profondeur, qui fait réfléchir

Pierre P.
Mer. 26 août 2009