Daniel Boucher - La patente Daniel Boucher - La patente 
Musique
Sam. 2 septembre 2006 à 20:00
Amphithéâtre de Lanaudière
1575, boul. Base-de-Roc, Joliette
  Carte
Gratuit ! (Régulier:25.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Non membres: réservations possibles sur Admission 514-790-1245 et à la salle 450-759-6202

Une 'patente' explosive pour célébrer en gang la fin de l’été!

Daniel Boucher reprend, pour un soir seulement, son spectacle exceptionnel multimédia "La Patente". Cet événement unique sous les étoiles, équivalant à une dose de rock bien étoffé en pleine gueule, se tiendra le samedi 2 septembre à 20 heures à l’Amphithéâtre de Lanaudière du Centre culturel de Joliette, un site extérieur splendide à l’acoustique de rêve.

« À la fois rock, atmosphérique et charnel (…) vagues de guitares électriques parfois bourrées de distorsion ou mouillées par un puissant wah-wah. C’était d’encaisser cette basse lourde et tendue (…). Il ne fait aucun doute que La Patente, le spectacle, décolle en grand.» - La Presse



Site officiel

  Daniel Boucher - La patente

Inscription
Fil culturel | Musique

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Joyeuse Matinée de Noel
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  Les monologues du vagin
  Le clan des divorcées
  Mes enfants n'ont pas peur du noir
  Gloucester - Délire shakespearien
  Mémoire de Lou | Théâtre de l’avant-pays
  Cabaret Tollé
  Le saut du lit
  10 ans de mariage !
  Crudités
  Le Sapin de Noël
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Macbeth de William Shakespeare
  Toute femme est une étoile qui pleure



Vos commentaires

Sensiblement, la patente  
Tout était bien fait: l'emplacemet inspirant (amphithéâtre de Lanaudière), un montage visuel psychédélique mais sobre, un son rock solide et antipop, et Daniel Boucher qui raconte les rouages de cette "patente", la grosse machine qui veille en maître sur nos vies. Sur fond d'un message assez clair, "réveillez-vous" et "aimez-vous les uns les autres", il a sû rappeller que malgré cette "patente" qui s'impose entre les relations humaines, nous sommes avant tout une gang de bons copains, ensembles, ayant tout à bâtir. J'ai bien compris ce message lorsqu'il prêta sa guitare à un jeune garçon de 4 ans dans la foule et le laissa jouer un solo de 10 minutes (là ça m'a vraiment fait penser à du Sid Barrett). Nous "sommes ici pour avoir du fun"… déclarant ensuite un break de 5 minutes, sans quitter la scène, question de jaser avec son voisin et de relaxer avant de continuer à écouter le show! Il termina en quittant la scène par la foule, une caméra attachée à une paire de lunettes, remerciant tout le monde, passant par-dessus les bancs, aidé par une, serrant la main à l'autre, jusqu'à ce qu'il disparaisse dans le bois, près du parking en haut de la côte, en criant dans un micro sans fil "salut!"… Il disparu et je posai la question à mon voisin: "Y est où tu penses?"… Étrange… Une bonne dose d'intelligence, de sensibilité, un non-conventionalisme bien rodé, une drôle de patente (ou d'anti-patente).

Olivier
Lun. 4 septembre 2006