Rewriting Distance Guy Cools + Lin Snelling Rewriting Distance Guy Cools + Lin Snelling  
Danse
Jeu. 16 novembre 2017 à 19:00
Édifice Wilder | Agora de la danse - Espace BLEU
1435, rue De Bleury, Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:35.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Une occasion de raconter des contes contemporains avec des éléments inspirés par Montréal, la ville qui accueille les artistes, en utilisant écrans et rouleaux de papier comme supports pour placer l’écriture au cœur de l’œuvre.

Suite à leur rencontre en 2003, durant l’évènement Vooruit Danse en Avant, présenté par l’Agora de la danse, le dramaturge belge Guy Cools et la chorégraphe canadienne Lin Snelling ont initié ce projet artistique composé d’histoires qui appartiennent aux espaces dans lesquels ils interprètent l’œuvre. Ces contes sont nourris par les collaborateurs au projet et des thématiques qui leur sont propres. À Montréal, ce sont la journaliste et interprète Catherine Lalonde, et le chorégraphe et interprète Peter Trosztmer. Une œuvre vivante tout en improvisation qui fait coexister sur scène paroles, écriture et mouvements où chacun est tour à tour public, témoin et interprète.



www.agoradanse.com/evenement/rewriting-distance/

  Rewriting Distance Guy Cools + Lin Snelling

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Femmes de Soul avec Sylvie Desgroseilliers
  Concours | Holland, Hussain & Potter Trio
  FMB - Apollon et Daphné au grand bal...
  Motown & Disco Inferno
  Hommage à la reine de la Salsa Celia Cruz
  Les Brunchs Gospel
  Une Soirée Soul, Motown et Disco
  Édith Piaf: Ma vie en rose et noir
  Vivaldi les 4 Saisons à la chandelle!
  Des mélodies... sous les chandelles !
  Musicalement vôtre
  Bach sous les chandelles !
  Musica Cubana
  Jonathan Turgeon
  Misunderstood: A Nina Simone Celebration



Vos commentaires

C'était de la danse?  
C'était un genre de happening d'il y a une trentaine d'années. Dans mon esprit à moi, c'était une sorte de défoulement qui ne m'a pas émue.

Lise A. L.
Mar. 21 novembre 2017