Endormi(e) Endormi(e) 
Théâtre
Mer. 28 octobre 2009 à 20:00
Théâtre La Chapelle
3700, rue Saint-Dominique, Montréal
  Carte
20.00$ / 20 % de rabais! (Régulier:25.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Un vieil homme fréquente une maison qui vend les services de jeunes prostituées. Ce récit impressionniste traversé d’une réflexion sur la mort, l’érotisme et la solitude, raconte le parcours d’un homme seul glissant lentement vers sa fin. La vulnérabilité qu’offre la nudité des interprètes suspend l’attention des spectateurs entre le plaisir et le malaise.

Projet Mû / Nini Bélanger

« Avec l’aide du son, de la lumière et surtout d’une fine direction d’acteur, Nini Bélanger livre une émouvante fable sur la vieillesse, la solitude
et la mort… » — Christian St-Pierre, Voir

lachapelle.org/new/calendar/67/130-Endormi-e-/

  Endormi(e)

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Ciné-Conférence de voyage : PAYS BASQUE
  Un ours et deux amants de Kim Nguyen
  L’avenir de Mia Hansen-Løve
  Le Fondateur | Première Sherbrooke VF
  Là où Atilla passe
  Ceux qui font les révolutions à moitié
  Mademoiselle de Chan-wook-Park
  FIFEM | Avril et le monde truqué
  Ciné-Conférence de voyage : LA RÉUNION
  Ciné-Conférence de voyage : PORTUGAL
  Le Fondateur | Première Montréal VF
  Écartée de Lawrence Côté-Collins
  La fille inconnue des Frères Dardenne
  Ciné-Conférence de voyage : PROVENCE
  Neuvième étage de Mina Shum



Vos commentaires

Intéressant...  
J'ai trouvé cette pièce intéressante et d’un niveau artistique très poussé. Le jeu des acteurs étaient intenses et profond, et parfois un peu trop. Cette pièce exige un niveau de concentration considérable. Quelques fois, il manquait de préciser certains détails sur les personnages, et peut-être c’était voulu, mais des appariations parfois, selon moi, requéraient un peu plus de subtilité. Un parmi les dialogues était succinct, mais que j’ai quand même trouvé un peu trop court et vague. Yeux et oreilles, voire odorat cherchaient tous un peu plus sur les femmes, leur passé et leur histoire. Ce silence provocateur et acidifiant, nous plongeait dans les abysses d’une mise en scène traitant sublimement la mort, le regret, la douleur, et surtout, une solitude bordéllique avec un soupçon ingéniosité. Superbe !!! Comme petit commentaire serait de travailler le jeu des actrices qui ont beaucoup à nous apporter pour rendre cette pièce encore plus vivante et extraordinaire. Félicitions à notre acteur et surtout, à nos actrices pour leur courage.

Gilbert M.
Sam. 31 octobre 2009