Foutrement Foutrement   
Danse
Ven. 9 avril 2010 à 20:00
Théâtre La Chapelle
3700, rue Saint-Dominique, Montréal
  Carte
20.00$ / 20 % de rabais! (Régulier:25.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Virginie Brunelle - MONTRÉAL - Première mondiale

“LA nouvelle figure la plus intéressante en danse à Montréal.” — Lili Marin, Radio-Canada.ca

Foutrement parle d’adultère; de l’Homme soumis aux risques de l’attirance physique, au jeu de la séduction, à ses pulsions. À travers l’aventure sexuelle, l’illusion de l’amour persiste, le doute se mêle au jeu et l’attirance devient obsession. Constamment interrompues par les remords, les érections gonflent le désir mouillé de larmes. Intégrant des mouvements aux influences classiques à l’approche contemporaine, Foutrement parle d’un amour dont l’interdit altère sa pureté.

lachapelle.org/new/calendar/67/282-Foutrement/

  Foutrement

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Toute femme est une étoile qui pleure
  Jeannot dans la tempête
  10 ans de mariage !
  La singularité est proche
  Histoires de Fins
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Mémoire de Lou | Théâtre de l’avant-pays
  Les habits de sa majesté
  No strings (attached)
  Le clan des divorcées
  Les monologues du vagin
  Cabaret Tollé
  Le Sapin de Noël
  Gloucester - Délire shakespearien
  Ai-je du sang de dictateur?



Vos commentaires

Entre elles deux, mon coeur balance  
La scène nue. Dans l'obscurité, quelques mouvements. J'y pense souvent. Souvent je pense à un spectacle dans la pénombre ou seul le souffle, l'effort se font entendre : dialogue pour aveugle. Les lumières. Les danseurs. Les gestes répétés. Toujours à recommencer tant que l'autre ne quitte pas sa carapace. Les gestes, l'abandon à l'autre, le désir comme une marée dans les reins. Émouvante marée à inspirer plus d'un cinéaste par sa sensualité, son inventivité. Puis, le manque d'intérêt. Le mensonge. L'autre. Plus belle, plus intense. Les danseurs conquiers l'espace sans entrave qui leur est offert : plancher, murs, portes et hauteur retentissent sous les gestes frénétiques, tendus de Isabelle Arcand. Les danseurs et l'exigence de leur chorégraphe. La danse, les projections au sol, les coups, la force impressionnante, les soulèvements de Simon-Xavier Lefebvre. La sueur et le muscle saille. Les pointes de Claudine Hébert, les cheveux en bataille collés au visage cramoisi. Le bout d'un sein. C'est pourtant aussi doux comme larme sur une joue. Avec sa chorégraphie Foutrement, il est manifeste que Virginie Brunelle se dissocie de l'enfant terrible de la chorégraphie contemporaine Dave St-Pierre. En effet, elle ne dénonce plus la violence des rapports entre les hommes et les femmes telle qu'elle la mettait en scène dans Les Cuisses à l'écart du coeur, elle évolue désormais dans la subtilité. Quoique sa thématique ne soit pas mise au rancart, mademoiselle Brunelle semble opter pour une démonstration moins belliqueuse. Elle ne provoque plus le spectateur afin qu'il se questionne. Elle nous offre à voir, à nous émouvoir...

Alain F.
Sam. 10 avril 2010