Festival du Jamais Lu Festival du Jamais Lu  
Théâtre
Dim. 6 mai 2007 à 20:00
O Patro Vys
356, av. du Mont-Royal E., Montréal
  Carte
8.00$ / Billet gratuit avec invité!
(Régulier:10.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Projet Spécial : Le discours politique comme acte théâtral

Titre: I have a dream!
Texte et mise en scène : Jacques Laroche
Distribution : Antoine Laprise, Jacques Laroche et deux autres comédiens

Synopsis: Le discours, arme public. Le discours comme force populaire. À notre époque où l’image et l’écran font loi, qu’en est-il des beaux parleurs d’antan? Ceux qui, grâce à leur fougue, leurs convictions et leur talent d’orateur pouvaient, par les mots, enflammer une foule à l’époque des rassemblements populaires et de la radio. « Donnez-moi la parole, je vous ferai soulever des montagnes ! », disait quelqu’un. Sous des allures de soirée D.J. électro, un hommage à la puissance oubliée des grands tribuns

Phrase sur la résistance: Tribuns éclairés, raclez-vous la gorge et prenez le crachoir, le 21ième siècle a besoin de vous !

Le Festival du Jamais Lu est au théâtre, ce que la performance live est à la musique. Un accès direct aux dramaturges émergents, un moment brut et unique. Sans ambages ni pudeur, une quinzaine d'auteurs de la nouvelle garde offre leur texte inédit en lecture publique. Portés par la voix de comédiens, les mots jaillissent sur scène, dévoilant visions du monde, cultures, formes, sensibilités et nécessités. À ces présentations, s’ajoute une série d’événements rehaussant l’identité festive du Jamais Lu.

Un plaisir à consommer sans retenue, du 4 au 13 mai 2007.

Visitez: www.jamaislu.com

  Festival du Jamais Lu

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Paulo Ramos Quartet Jazz brésilien
  Jason Rosenblatt–Série de l’avenue Outremont
  Choralies | Concert Bach - Ensemble Da Capo
  5539 Blues Avenue
  Frim Fram
  Hommage à Nirvana
  Emilie & Ogden
  Mardis métissés – Queen Ka - Le cocon
  René Simard - Nouveau rêve
  Sarah MK
  Mardis métissés – Kyra Shaughnessy - Passage
  Messiaen! La Nativité du Seigneur
  L’orchestre d’hommes-orchestres
  Pike River Blues Band
  Jim Zeller Acoustic Duo



Vos commentaires

On en veut encore  
Ce fut une soirée mémorable !!! J'en ai parlé à tous mes amis! Je crois que l'an prochain, je vais me réserver au moins 3 soirs, sinon toutes les soirées pour assister à ce festival très bien organisé. L'endroit est petit, ce qui rend la lecture publique très intime. Beaucoup de gens du milieu sont présents, donc on rencontre toujours une connaissance et les discussions vont bon train après le spectacle. La lecture est très bien mise en scène, et de plus, on a soit des petits accessoires, éléments de costumes ou projections qui accompagnent celle-ci. En fait, j'étais très emballé par la découverte de ces nouveaux auteurs, par ce tremplin pour les novueaux talents, par l'accessibilité à l'évènement et par les délices artistiques que nous y avons dégusté. Mon unique déception, est d'avoir attendu autant de temps avant d'y participer ! Vraiment une soirée très, très agréable !

Esther
Jeu. 31 mai 2007



On aura tout lu!  
J'aime les lectures: il y a quelque chose de simple, beaucoup de place pour l'imaginaire. La première lecture de la soirée bénéficiait d'une mise en scène (Alice Ronfard) déjà fort avancée pour une lecture et de la présence sur scène du jeune auteur Emmanuel Schwartz, qui assurait un accompagnement musical bien senti. Un texte troublant, d'une étonnante maturité chez un si jeune auteur. Performance percutante de Eve Presseault. Le deuxième texte était beaucoup plus sobrement mis en lecture (Markita Boies). De beaux moments, mais la lecture aurait gagnée à être mieux rytmée, et autrement présentée que derrière une bien trop imposante table qui éloignait et cachait les excellents comédiens (Jean Turcotte, irrésistible). Ils ont quand même bien su rendre un fort beau texte sur l'amour entre hommes au temps de Molière. Texte qui pourra encore gagner à être resserré et débarrassé de son aspect un brin trop «éducatif».

Isabelle C.
Sam. 26 mai 2007