Festival du Jamais Lu Festival du Jamais Lu  
Théâtre
Ven. 11 mai 2007 à 20:00
O Patro Vys
356, av. du Mont-Royal E., Montréal
  Carte
8.00$ / Billet gratuit avec invité!
(Régulier:10.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Lever de rideau
Titre : Le trio du motton (chorégraphie tirée du spectacle Amqui)
Chorégraphe : Marie-Ève Albert
Danseurs : Amélie Bédard-Gagnon, Virginie Desloges, Shanie Philibert

Programme principal
Titre : Horreur et ravissement
Texte : Emmanuelle Jimenez
Mise en lecture : Geoffrey Gaquère
Distribution : Hélène Mercier, Sylvain Scott et Gary Boudreault

Synopsis : Jessica Lange et Jeff Bridges, les deux vedettes du film King Kong, se retrouvent trente ans plus tard pour travailler sur l’adaptation de King Kong en comédie musicale. Pour incarner le personnage de King Kong, ils débusquent un ancien acteur de comédie musicale recyclé en gardien de zoo, John Ragoora. Sur le chemin qui les mènera de King Kong, le film, à King Kong, la comédie musicale, Jeff, Jessica et John surmonteront de nombreuses embûches liées au choc entre cinéma et théâtre pendant que se dessinera entre eux un redoutable triangle amoureux. Mais ce qui s’imposera à eux, c’est l’évidence, qu’une force extérieure préside depuis le début à toute cette aventure : l’esprit de Kong lui-même.

Phrase sur la résistance : Pour ce qui est de résister, je regarde les plantes. Non mais les avez-vous vues se battre pour sortir de la terre et produire des fleurs? Je vais essayer de continuer de faire ce que j’ai à faire.

Le Festival du Jamais Lu est au théâtre, ce que la performance live est à la musique. Un accès direct aux dramaturges émergents, un moment brut et unique. Sans ambages ni pudeur, une quinzaine d'auteurs de la nouvelle garde offre leur texte inédit en lecture publique. Portés par la voix de comédiens, les mots jaillissent sur scène, dévoilant visions du monde, cultures, formes, sensibilités et nécessités. À ces présentations, s’ajoute une série d’événements rehaussant l’identité festive du Jamais Lu.

Un plaisir à consommer sans retenue, du 4 au 13 mai 2007.

Visitez: www.jamaislu.com

  Festival du Jamais Lu

Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Joyeuse Matinée de Noel
  Le clan des divorcées
  Mes enfants n'ont pas peur du noir
  Toute femme est une étoile qui pleure
  Le Sapin de Noël
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  10 ans de mariage !
  Cabaret Tollé
  Le saut du lit
  Crudités
  Les monologues du vagin
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Gloucester - Délire shakespearien
  Macbeth de William Shakespeare



Vos commentaires

On en veut encore  
Ce fut une soirée mémorable !!! J'en ai parlé à tous mes amis! Je crois que l'an prochain, je vais me réserver au moins 3 soirs, sinon toutes les soirées pour assister à ce festival très bien organisé. L'endroit est petit, ce qui rend la lecture publique très intime. Beaucoup de gens du milieu sont présents, donc on rencontre toujours une connaissance et les discussions vont bon train après le spectacle. La lecture est très bien mise en scène, et de plus, on a soit des petits accessoires, éléments de costumes ou projections qui accompagnent celle-ci. En fait, j'étais très emballé par la découverte de ces nouveaux auteurs, par ce tremplin pour les novueaux talents, par l'accessibilité à l'évènement et par les délices artistiques que nous y avons dégusté. Mon unique déception, est d'avoir attendu autant de temps avant d'y participer ! Vraiment une soirée très, très agréable !

Esther
Jeu. 31 mai 2007



On aura tout lu!  
J'aime les lectures: il y a quelque chose de simple, beaucoup de place pour l'imaginaire. La première lecture de la soirée bénéficiait d'une mise en scène (Alice Ronfard) déjà fort avancée pour une lecture et de la présence sur scène du jeune auteur Emmanuel Schwartz, qui assurait un accompagnement musical bien senti. Un texte troublant, d'une étonnante maturité chez un si jeune auteur. Performance percutante de Eve Presseault. Le deuxième texte était beaucoup plus sobrement mis en lecture (Markita Boies). De beaux moments, mais la lecture aurait gagnée à être mieux rytmée, et autrement présentée que derrière une bien trop imposante table qui éloignait et cachait les excellents comédiens (Jean Turcotte, irrésistible). Ils ont quand même bien su rendre un fort beau texte sur l'amour entre hommes au temps de Molière. Texte qui pourra encore gagner à être resserré et débarrassé de son aspect un brin trop «éducatif».

Isabelle C.
Sam. 26 mai 2007