Nuit_Nacht_Notte | Jocelyne Montpetit Nuit_Nacht_Notte | Jocelyne Montpetit   
Danse
Jeu. 29 octobre 2009 à 20:00
L'Agora de la danse
840, rue Cherrier, Montréal
  Carte
15.00$ / 42 % de rabais! (Régulier:26.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Jocelyne Montpetit poursuit, dans la continuité de Faune, sa recherche d'une métaphysique de l'espace. Nuit_Nacht_Notte… Nuit interne, nuit du dehors, nuit utérine, nuit sexuelle. Le corps, empli de songes, se laisse traverser par la mémoire, mais aussi par le mystère de la Grande Nuit, celle qu'on craint parce qu'on la sait inévitable, inexorable. « L'homme a peur de la mort comme les enfants ont peur de la nuit. » Imprégnée de la troublante atmosphère qu'on trouve chez les grands maîtres du clair-obscur, l'interprète pénètre différentes nuits : la sienne bien évidemment, mais aussi celles d'écrivains tels que Rilke, Pessoa ou T. S. Eliot dont les textes interprétés par l'acteur italien Francesco Capitano viennent traverser la scène comme en écho. Exploration de nuits qui frôlent le néant. Exploration des songes qui habitent ces nuits. Mais, aussi, lumineuse descente dans la nuit de tous les hommes.

Faune est vraiment un moment très touchant, intime, hors du temps. - Stéphanie Brody, La Presse, 2008

C'est certainement (Faune) la plus théâtrale des pièces de Jocelyne Montpetit et l'une des plus réussies de la dernière décennie. Son solo Faune est habité par l'esprit tourmenté de Vaslav Nijinski, transposé dans un corps de femme. - Frédérique Doyon, Le Devoir, 2008



www.agoradanse.com

  Nuit_Nacht_Notte | Jocelyne Montpetit

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Toute femme est une étoile qui pleure
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Mémoire de Lou | Théâtre de l’avant-pays
  Le clan des divorcées
  Le saut du lit
  Joyeuse Matinée de Noel
  10 ans de mariage !
  Crudités
  Les monologues du vagin
  Macbeth de William Shakespeare
  Le Sapin de Noël
  Mes enfants n'ont pas peur du noir
  Cabaret Tollé
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  Gloucester - Délire shakespearien



Vos commentaires

Sublime  
L'expression de la douleur magnifiée. Ce qui fait mal déposer dans l'espace... immense , infini. Costume, éclairage, musique,récitation parfaits!

Anne Marie P.
Sam. 31 octobre 2009



Impressionnant  
Jocelyne Montpetit m'a fait découvrir une forme de danse assez étonnante...Quelle belle expression des émotions de la vie.Elle est extraordinaire.

Denyse M.
Jeu. 29 octobre 2009