L'Affiche L'Affiche 
Théâtre
Ven. 18 décembre 2009 à 20:00
Espace Libre
1945, rue Fullum, Montréal
  Carte
20.00$ / 25 % de rabais! (Régulier:27.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

En Palestine, lorsque quelqu'un meurt d'une cause reliée directement à l'occupation, des factions s'approprient cette mort, font une affiche avec la photo du martyr et en tapissent les murs du pays. Abou Salem est l'imprimeur de ces affiches. Un jour, il se retrouve à imprimer celle de son fils Salem. La pièce suit les destins des deux côtés de la balle. À travers ces trajectoires croisées, Shahida, la sœur de Salem, essaye tant bien que mal de rêver avec son amoureux Ismaïl, malgré les checkpoints, le soleil et le ciment. C'est la violence extraordinaire d'un impossible quotidien en terre occupée.


À l'époque glauque des luttes antiterroristes, voir de l'autre côté des photos noir et blanc et des entrefilets bourrés de trous de balles. Voir qui sont ces gens. Comprendre de quoi est construit notre propre confort et réaliser sa fragilité. Pour ensuite mettre l'humain devant les monstres, la fête face à la mort, les mots au-dessus des armes et l'art en réponse à la propagande. Le tout ailleurs que dans un camp glauque et gris, plutôt dans une galerie d'art, afin de questionner les moyens que nous avons en tant qu'artiste de parler des deuils quotidiens de ceux qui n'habitent habituellement qu'à la une de nos journaux. Et peut-être, par cette épopée, chercher à deviner un peu ce qui pousse un adolescent à s'habiller de bombes et à tuer au nom de la vie.

Auteur et metteur en scène: Philippe Ducros

Distribution: François Bernier, Sylvie De Morais-Nogueira, Denis Gravereaux, Justin Laramée, Michel Mongeau, Marie-Laurence Moreau, Étienne Pilon, Dominique Quesnel, Isabelle Vincent.

www.espacelibre.qc.ca

  L'Affiche



  Consultez la critique disponible sur montheatre.qc.ca   
Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  No strings (attached)
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Toute femme est une étoile qui pleure
  Ai-je du sang de dictateur?
  Le clan des divorcées
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  Crudités
  Mémoire de Lou | Théâtre de l’avant-pays
  Les habits de sa majesté
  Cabaret Tollé
  Dans la tête de Proust
  La singularité est proche
  Les monologues du vagin
  Le Sapin de Noël
  10 ans de mariage !



Vos commentaires

Touchant, poignant  
La mise en scène est incroyable, le jeu de lumières accentue la violence et les scènes touchantes. Les acteurs sont vraiment bons et l'histoire est racontée d'une manière exceptionnelle. Cela faisait longtemps que je n'avais pas vu quelque chose d'aussi fort et saisissant. J'en ai eu les larmes aux yeux. Allez le voir, vous ne serez pas déçu !

Isabelle B.
Mer. 9 décembre 2009



Propagande et déblatération!  
Les seules choses intéressantes de cette pièce était la scénographie et les acteurs (du moins pour les 50 minutes où j'ai pu tenir dans la salle). Pour le reste, on ne peut pas appeler ça du théâtre, c'est plutôt un farce propagandiste où l'auteur tente de faire passer les Israëliens pour des nazis et les kamikazes palestiniens pour des héros romantiques. Quand on connait comme moi Israël pour y être allé récemment à quelques reprises, cette pièce montre une caricature tellement exagérée et un propos tellement loin de la réalité, qu'elle en est suspecte... Si encore, cela avait été fait avec finesse, mais là n'est pas le fort de cette farce. On ne va pas loin dans l'argumentaire quand la seule phrase que l'on met dans la bouche de l'Israëlien est: "Le checkpoint est fermé!" et qu'on le répète ad nauseam. La façon dont la pièce était décrite par l'auteur, laissait croire à de la nuance dans les points de vue: c'était de la fausse représentation. Dommage, car chacun repartira avec encore plus de préjugés, de part et d'autre. Dommage que les québécois de culture chrétienne dont je fais partie, sous prétexte d'assister à une représentation théâtrale, boivent ses fadaises sans regard critique. La propagande semble bien fonctionner, si j'en crois les commentaires qui m'ont précédé. J'aurais bien des ouvrages à recommander pour vous faire une opinion plus éclairée sur le sujet!

Emilien P.
Dim. 6 décembre 2009



Des gens bien et des terroristes  
J'ai des amis juifs qui ont visité Israel et la Cisjordanie dernièrement et qui sont revenus en qualifiant les territoires occupés de camp de concentration. Si c'est vraiment le cas et je crois sincérement que la réalité quotidienne en ces territoires le prouve ce n'est pas juste la scénographie mais aussi le propos de cette pièce qui est qui est juste. C'est vraiment très dommage qu'encore des québécois de culture chrétienne ne voit dans le monde que deux entités les gens bien et les terroristes. Libérons les territoires occupés de ses occupants et n'ayons surtout aucun remords de prendre position pour les insurgés et si notre morale judéo-chrétienne nous en empêche et bien mettons la au rancart. Vive Israel mais a bas l'État sioniste.

Yves P.
Dim. 6 décembre 2009



Là où l'on apprend a tuer avant d'aprendre a embrasser  
Incursion dans le drame humain que vit une pléiade de personnages dans le contexte dramatique de l'occupation israélite en Palestine. Nous ressentons, avec l'excellent jeux des comédiens-nes, les peurs, la tristesse et le désespoir qu'apporte cette épuration ethnique à laqu'elle nous avons depuis lontemps tourné le dos. La mise en scène, dramatique nous clous a nos sièges durant une heure cinquante minute. Le texte sensible et violent de l'auteur percute nos esprit endormie par cette trop longue tragédie qotidienne que vivent ces gens en terre occupé. Note: La salle ouvre une heure avant la pièce afin de profiter d'une exposion de photo accompagné de commentaires. Il faut la voir, lire et comprendre. Ces photos sont a vendre dans le but de financer cette pièce. Laisser-vous toucher par ces témoignages, aux mieux il vous aiderons a comprendre davantage cette magnifique pièce.

Bodyretail
Sam. 5 décembre 2009



Nous sommes tous des minarets  
Voyage au coeur du désespoir. Pièce de théâtre coup de poing sur le quotidien des camps de concentration que sont devenus les territoires occupés en Israel. Pièce sur l'odeur de mort qui y règne et sur les incubatoires a terroriste que ces camps sont devenus. Pièce pour les insurgés et contre les occupants. Et durant ce temps des tabar.... de crétins votent pour interdire dans un incertain pays une loi pour y interdire les minarets.

Yves P.
Mer. 2 décembre 2009