Extrémités Extrémités 
Théâtre
Mar. 12 janvier 2010 à 20:00
Espace 4001
4001, rue Berri, Montréal
  Carte
18.00$ / 25 % de rabais! (Régulier:24.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Extrémités : petit traité de justice

Trois femmes. Une maison éloignée. Un agresseur survient alors que Stéphanie est seule à la maison. Elle réussit à prendre le dessus sur lui et les rôles s’inversent. L’auteur nous prend en otage dès les premières minutes.

Écrite par William Mastrosimone et présentée sur Broadway en 1982, la pièce demeure d’actualité vingt-sept ans plus tard. Elle dépeint la faille de la justice qui parfois nous mène à confondre la victime et le bourreau.

Traduction: David Laurin.
Mise en scène: Bernard Lavoie, assisté de Joannie Campagnat.
Avec: Marie-Claude Guérin, Gabrielle Néron, Martin Plouffe et Isabel Rancier.
Conceptions: Camille Hébert-Boisclair et Christelle DeForceville.


  Extrémités



  Consultez la critique disponible sur montheatre.qc.ca   
Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Atelier Danse Bollywood pour tous! 7 à 107 a
  Dubwise Sundays | Reggae Dub Roots
  L’Alzheimer
  Réversible | Les 7 doigts à la Tohu
  Poésie et Open Mic
  Emma la clown et Catherine Dolto
  Ateliers créatifs de Noël
  CLAP ! Centre de recherche en art clownesque
  BurlesGeek Montreal #11: Comics Burlesque
  Chant prénatal
  Atelier guidé "Méditons ensemble"
  Apéro Ecto et marathon d'écriture



Vos commentaires

Mémorable !  
Bravo ! C'est une pièce vraiment super ! Mais qui ne peux être réussi sans ses jeunes comédien incroyable. Prenez bien leurs noms en note puisque nous le verrons partout bientôt ! Merci pour l'Incroyable soirée ! Jean-Francois Parent-Paquette

Jean-Francois P.
Lun. 18 janvier 2010



Bravo!  
J'ai beaucoup aimé la représentation. Le jeu d'acteurs était excellent, les émotions réelles. L'histoire était bonne, mais la fin en douceur contraste avec l'intensité du reste de la pièce. La critique sociale du vide juridique lors de situations ambiguës était bien démontrée. La critique sur les relations interpersonnelles homme-femmes aussi était bien rendue.

SuperMJ
Mer. 13 janvier 2010