Extrémités Extrémités 
Théâtre
Sam. 16 janvier 2010 à 20:00
Espace 4001
4001, rue Berri, Montréal
  Carte
18.00$ / 25 % de rabais! (Régulier:24.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Extrémités : petit traité de justice

Trois femmes. Une maison éloignée. Un agresseur survient alors que Stéphanie est seule à la maison. Elle réussit à prendre le dessus sur lui et les rôles s’inversent. L’auteur nous prend en otage dès les premières minutes.

Écrite par William Mastrosimone et présentée sur Broadway en 1982, la pièce demeure d’actualité vingt-sept ans plus tard. Elle dépeint la faille de la justice qui parfois nous mène à confondre la victime et le bourreau.

Traduction: David Laurin.
Mise en scène: Bernard Lavoie, assisté de Joannie Campagnat.
Avec: Marie-Claude Guérin, Gabrielle Néron, Martin Plouffe et Isabel Rancier.
Conceptions: Camille Hébert-Boisclair et Christelle DeForceville.


  Extrémités



  Consultez la critique disponible sur montheatre.qc.ca   
Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Sarah MK
  Inédit! 1.0
  Nuits Latin Jazz avec Alex Bellegarde
  Lancement d'album - Imani Gospel Singers
  Stéphanie St-Jean
  Marie-Josée Lord
  SMCQ | Les Fonoformies
  Clara and the Sky, clin d'oeil aux Beatles
  Un Piano romantique... pour la St-Valentin!
  Mardis métissés – Paul Audy - Ubuntu
  Pierrot Fournier chante Brel
  Les vendredis Country avec Pascal Dufour
  Antoine Corriveau et Francis Faubert
  Dame: Archive/ Mémoire
  Motown & Disco Inferno



Vos commentaires

Mémorable !  
Bravo ! C'est une pièce vraiment super ! Mais qui ne peux être réussi sans ses jeunes comédien incroyable. Prenez bien leurs noms en note puisque nous le verrons partout bientôt ! Merci pour l'Incroyable soirée ! Jean-Francois Parent-Paquette

Jean-Francois P.
Lun. 18 janvier 2010



Bravo!  
J'ai beaucoup aimé la représentation. Le jeu d'acteurs était excellent, les émotions réelles. L'histoire était bonne, mais la fin en douceur contraste avec l'intensité du reste de la pièce. La critique sociale du vide juridique lors de situations ambiguës était bien démontrée. La critique sur les relations interpersonnelles homme-femmes aussi était bien rendue.

SuperMJ
Mer. 13 janvier 2010