Gestes Impies Gestes Impies 
Théâtre
Sam. 16 janvier 2010 à 20:00
Espace Libre
1945, rue Fullum, Montréal
  Carte
20.00$ / 25 % de rabais! (Régulier:27.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Alors que le ciel, depuis longtemps, est vide, et que se sont peu à peu effrités les anciens rites, les hommes peinent à habiter le monde. Certains d'entre eux, traversant l'existence à tâtons, ne sachant plus célébrer les passages (comment devenir adulte ?, comment aller vers l'autre ?, comment aimer, expier, mourir ?), cherchent tout de même à retrouver, par la fabrication de rituels nouveaux, un peu de leur humanité. À travers une « cérémonie baroque en plusieurs tableaux », c'est ce désir d'échapper à l'émiettement de la signifiance et de renouer avec l'autre que donne à voir la Pire Espèce.

Fidèle à l'esthétique de bric et de broc qu'on lui connaît, la Pire Espèce, cette fois, foule des rivages oniriques. Enchevêtrant différentes formes scéniques (théâtre d'objets, ombres, jeu clownesque, danse), la compagnie, dans un nouvel esprit fellinien, fait faire un pas de côté à la réalité. Immergées dans un environnement qui rend audible la « mémoire murmurante des êtres », les images s'assemblent en d'étranges associations : orchestre de cirque ambulant, hommes mécaniques et créatures célestes s'amalgamant dans une suite baroque et surréalisante de tableaux.

Monty, Gosselin et Mauduit écrivent ici un archipel de petits récits. À la fable linéaire ils privilégient le choc poétique. Créé lors de la dernière édition du FTA, Gestes impies se déploie dans l'accumulation et la friction de courtes scènes fragmentées, reliées par quelques fils invisibles. Ces ta bleaux témoignent d'un monde en déréliction, mais nous invitent aussi, avec les personnages qui l'habitent, à rêver à son ré-enchantement. La Pire Espèce développe une écriture scénique originale, en abordant simultanément différentes composantes d'un spectacle. La compagnie s'inspire particulièrement des pratiques traditionnelles du théâtre populaire telles que le clown, la marionnette, l'objet, le cabaret et le conte. La Pire Espèce est notamment connue pour ses spectacles Ubu sur la table et Persée.

www.espacelibre.qc.ca

  Gestes Impies



  Consultez la critique disponible sur montheatre.qc.ca   
Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Histoires de Fins
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  Le clan des divorcées
  Ai-je du sang de dictateur?
  La singularité est proche
  No strings (attached)
  Le Sapin de Noël
  Jeannot dans la tempête
  Les monologues du vagin
  Cabaret Tollé
  Les habits de sa majesté
  Toute femme est une étoile qui pleure
  Gloucester - Délire shakespearien
  10 ans de mariage !



Vos commentaires

Une pièce imprévisible  
Cette dernière production « Du théâtre de la pire espèce» nous plonge dans un univers complètement éclaté où l'on utilise différentes manières d'expressions ( stand up, voix off, masques etc.) Les acteurs sont très bons, très juste, très physique et très, très créatif. Même si quelques fois on perd le récit, la créativité déployée en vaut plus que le détour. Une soirée virevoltante.

Céline R.
Ven. 22 janvier 2010



Bonnes idées mais ...  
J’ai mieux aimé cette pièce que je ne l’aurais pensé au départ. Cependant, j’en suis ressortie en me demandant sérieusement à quoi servait l’exercice… Bien que la salle riait de bon cœur, j’ai pour ma part esquissé un sourire à l’occasion dû à l’absurdité des situations et peut-être au questionnement que je me posais sur le pourquoi de ma présence dans la salle. Je n’ai pas perçu ou compris le fil conducteur et il m’est difficile de décrire ce que j’y ai vu, si ce n’est qu’un enchaînement sans logique apparente de boutades et sketches qui se voulaient absurdes ou drôles. Cependant, le talent des costumiers et décorateurs était des plus intéressants. Avec peu de moyens autre que la créativité, nous avons été épatés. Les effets sonores qui accompagnaient les sketches étaient bien rodés et le tableau en ombres chinoise fut efficace. Malheureusement, malgré ces excellents éléments, la pièce était beaucoup trop longue (et sans entracte). L’Espace Libre est une très belle salle mais les sièges ne sont pas de tout confort.

Chantal S.
Jeu. 21 janvier 2010



Buffet à volonté  
Tout de suite après le spectacle, état vaporeux, je sors d'une bulle étrange, que s'est-il passé pendant 1h50? Serais-je capable de faire des commentaires? Je vais voir les copains "Euh..Bravo mais on en reparlera la semaine prochaine, je digère ça.". Toujours intéressant de voir la démarche, la recherche, les changements de cap, les bons coups et les mauvais coups d'artistes que l'on adore. Ici, on a droit à un buffet, rien de moins, des propositions en rafales, des tableaux, parfois visuels, clownesques, absurdes ou abstraits. On accroche, on décroche, on n'est pas sûre de bien comprendre, mais on laisse aller. 2 points forts pour moi. Primo, les performeurs, tous des artistes merveilleux et généreux et un gros sourire à chaque fois que Marcelle Hudon monte sur scène. Deux: le son, travail Live de Nicolas Letarte, bien utilisé, drôle, pertinent. Point plus faible: j'aurais quand même aimé une prise de choix plus franche. Entre autre pour la scénographie. Voilà! J'aime cette race de la Pire Espèce.

Dominique L.
Jeu. 21 janvier 2010



Ingénieux, inventif, surprenant, amusant !  
Ma meilleure pièce de l'année ! (Blague c'est la première ) Vraiment beaucoup de plaisir ! Bons comédiens, tous ! Beaucoup d'effets avec de petits moyens tout simples, belles trouvailles, pas de vulgarité. TOUT BON ! Mon invité a encore plus apprécié que moi et a beaucoup rit ! Merci !

Marie R.
Jeu. 21 janvier 2010



Symboles et questions  
Pourquoi? Comment? Où? Qui? Et si la vérité se trouvait en nous? Nous avons apprécié le rythme, les jeux avec la matière et la qualité du jeu des com.diens et comédiennes Parfois incertaines mais finalement conquises. Surtout bravo pour cette mise en scène hallucinante!

JolyDame
Mer. 20 janvier 2010



Indescriptible  
Il est impossible de décrire cette pièce, mais retenez (et n'en soyez surtout pas apeurés!) "absurde". Ce fut deux heures de délire total! Deux heures de délice total! Deux heures de pure absurdité. L'absurdité dans ce qu'elle a de plus beau. Des comédiens toujours justes, une synchronisation incroyable, des surprises et rebondissements constants, des éclairages créatifs et toujours bien placés et utilisation maximale de l'Espace Libre et de ses possibilités, sans oublier la mise en scène et tout le travail de scénographie, de costumes et d'accessoires qui reflètent un travail et une recherche plus que considérable. Et chapeau à la régie qui devait assurer elle aussi la coordination de toutes ces choses.

Martin C.
Mer. 20 janvier 2010



Une fraîche création  
J'ai apprécié l'énergie des comédiens et la variété des tableaux. Un imaginaire qui transcende les moyens dans la mise en scène. Pour un public prêt à faire le voyage dans l'antre de la création théâtrale avec tout ce qu'elle comporte de symboles métaphoriques.

Christian D.
Sam. 16 janvier 2010



Soirée parfaite  
Très belle soirée, 2 hrs de spectacle . Les décors et les artistes wow . La mise en scène parfaite et agréable,bravo à toutes l'équipe.

Michel D.
Mer. 13 janvier 2010



Des balounes, de l'air et des ficelles  
Lorsque tu gonfles des ballons même si tu leur indique dans quel direction ils doivent se gonfler, si tu leur donne trop d'air ils vont te péter a la geule. De plus lorsque tu oublies de les liés tu les perds au grand jamais.Malgré des trouvailles ingénieuses au niveau scénique. Malgré leur volonté de bousculer les genres je me suis grandement ennuyé lors de cette représentation. Pourtant je suis un et je demeure un fan inconditionnel du Théâtre de la Pire Espèce. Dans un premier temps dans la pièce on se demande si on ne se retrouve pas dans un atelier de bricolage ou dans une représentation d'un cirque post Cabaret Neiges Noires. Il est des plus difficile de faire des liens entre les différentes scènes de la pièce et a mi-pièce lorsque le texte reprend de l'importance la boursoufflure des mots et des idées a agit sur mon organisme comme un laxatif des plus puissant. Je me demande de plus si c'est nécessaire de défoncer les murs quand on passe d'un genre a l'autre quand plein de portes peuvent s'ouvrir. Les idées premières qui ont animées la piéce étaient des plus intéressantes mais je dois conclure que ce n'est pas donné a tout le monde d'attendre Godot. Longue vie tout de mëme au Théâtre de la Pire Espèce pour son audace et son goût du risque. Un coup de chapeau a celui ou a celle qui a eu l'idée de présenter le programme de la soirée en boulettes de papier froissée dans une boîte a l'entrée de la salle. Étant averti la prochaine fois, j'apporte mon fer a repasser. malgré l'ennui je vous aime et Anarchie quand même car comme bordel c'est une réussite.

Yves P.
Sam. 9 janvier 2010