Artères Parallèles Artères Parallèles  
Théâtre
Sam. 13 mars 2010 à 20:15
Théâtre Prospero | Salle Intime
1371, rue Ontario E., Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:21.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

À force de cracher sur ses sources on finit par les alimenter!

Comédie tragique, Artères Parallèles aborde l'oubli volontaire de nos sources et de notre passé fondateur. Un caprice ou une nécessité qui mène à la construction d'un monde fantasmé.

Les artères sont celles d'Anne et de Laurent. Des chemins en parallèle qui ne devraient pas se croiser. Des routes de solitude jonchées d'illusions. Anne évolue en périphérie de ses proches. Laurent vieillit dans l'oubli de son passé. C'est en faisant ressurgir les souvenirs de Laurent qu'Anne provoquera leur rencontre. Une confrontation porteuse de rédemption.

Texte: Annick Lefebvre
Mise en scène: Maude Gareau

Avec: Laetitia Bélanger, Mathieu Lepage et Louise Proulx

Assistance à la mise en scène: Frédéric Côté
Scénographie et éclairages: Sylvain Ratelle
Costumes: Marianne Thériault
Musique: Olivier Monette-Milmore
Direction de production: Sara Castonguay

www.laveillee.qc.ca

  Artères Parallèles



  Consultez la critique disponible sur montheatre.qc.ca   
Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Moi, petite Malgache-Chinoise
  L'Envers de moi
  L’École buissonnière | Pierre-Paul Savoie
  Les danses de la mi-chemin 2016



Vos commentaires

Pièce réussie  
Très bonnes interprétations marquées d'une forte sensibilité des comédiens visiblement bien expérimentés. Nul besoin d'aimer le théatre pour apprécier cette pièce à la fois sensible, touchante, pleine d'émotions et ouverte à tous. Nous comprenons très bien à certains moments de la pièce le jeux qu'incarne les comédiens et l'idée générale qui y est véhiculée. Espace scénique bien établie, nous vivons bien ce que le metteur en scène a voulu nous traduire par la construction de son espace. Seul petit hic: c'est un peu long sans entracte, mais l'endroit la rend difficile à insérer dans la pièce qui se joue dans un espace très intime.

Martin C.
Mer. 24 mars 2010



Intensité débordante  
Laetitia Bélanger se démarque par l'intensité de son jeu. Exhubérante, obsédée, avec une touche de sensualité. Mathieu Lepage nous attendrit avec l'enfant solitaire qu'on voit grandir sur les notes d'airs connus. Louise Proulx dont la solitude et la folie se reflètent avec conviction dans ses yeux. Ce drame, écrit par Annick Lefebvre, nous promène sans difficulté entre ce que les personnages auraient voulu, et la réalité ; les souvenirs, et le présent. Je vous reccomande d'aller voir cette mise en scène de Maude Gareau, création d'Ombres Folles, qui met en parallèle les fantasmes de personnages obsédés d'être aimés.

L. Giovanna R.
Jeu. 11 mars 2010