Slague | L'histoire d'un mineur Slague | L'histoire d'un mineur 
Théâtre
Ven. 26 mars 2010 à 20:00
Maison de la culture Frontenac
2550, rue Ontario E., Montréal
  Carte
Gratuit ! (Régulier:0.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Une table de cuisine et le récit d’un homme en fauteuil roulant… Pierre De Lorimier: alcoolique invétéré dans la quarantaine et rescapé d’un accident au fond de la mine. Celle où il travaillait avec son fils. Son fils a eu moins de chance. Mais s’agissait-il d’un accident? Et doit-il souhaiter la justice ou bien la vengeance?

SLAGUE: le témoignage d’un homme qui a voulu et veut encore réparer une faute, mais surtout un hymne à la parole… la parole qui permet de continuer.

Seul en scène, Jean Marc Dalpé incarne cet homme ravagé par ce qu’il a voulu combattre. Subsiste, intacte, sa voix franche et intense de travailleur, où brille comme du minerai le courage de cheminer de la haine jusqu’à l’amour.

Un texte de Mansel Robinson traduit par Jean Marc Dalpé et mis en scène par Geneviève Pineault. Une production du Théâtre du Nouvel-Ontario.

www.letno.ca

  Slague | L'histoire d'un mineur



  Consultez la critique disponible sur montheatre.qc.ca   
Inscription
Fil culturel | Théâtre

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  John Stowell with the Mike Rud Trio
  Audree and the Flying Cats
  Une soirée Soul, Motown et Disco
  Mardis métissés – John Kinsha - Genèse
  Distant Echoes
  Les meilleurs hits Soul, Motown et Disco
  Choralies | Concert Bach - Ensemble Da Capo
  Pike River Blues Band
  Les plus belles musiques de film
  Quartom / les Petits Chanteurs du Mont-Royal
  The Musical Box
  Le grand bal de Noël – Jeunesses musicales
  Mardis métissés – Kyra Shaughnessy - Passage
  Un violoncelle seul... sous les chandelles
  NUITS LATIN JAZZ AVEC ALEX BELLEGARDE



Vos commentaires

Les autres fros  
Tout était tronqué au départ en ce qui me concerne. Une histoire de mineur. J'avais bien imprégné en tête la magistrale chanson Les fros de Richard Desjardins durant l'introduction du spectacle lors de laquelle étaient projetées des images de mineurs, de mines tandus qu'une autre musique, plus pertinente pour le cours du récit je l'admets, jouait. Déjà... Je me disais qu'il eut été pertinent d'intercaler les diapositives dans le cours du récit du personnage principal, Pierre DeLorimier, afin non pas de démontrer, de nous situer dans un univers mais bien dans l'univers du personnage... Puis le comédien Jean Marc Dalpé prend à bout de bras le récit. Je le regarde. Tronqué vous dis-je. Je le regarde et je ne vois que Gauvreau, Claude Gauvreau avec ses moustaches. Pourtant, Dalpé personnifie ses personnages avec adresse, justesse. Il les cerne et nous offre leur émotion insidieusement. Jusqu'à nous atteindre. Mais... Tronqué. Ni son talent ni la poésie du texte parviendront à m'extraire le cher minerai de la chanson de Desjardins : j'habite une mine hantée par un autre poète. Je voulais tant sombrer, pourtant, dans la noirceur de Slague. Avec une tête de pioche, comment y parvenir?

Alain F.
Mar. 23 mars 2010