Is you Me Is you Me  
Danse
Mar. 27 avril 2010 à 19:30
Théâtre Outremont
1248, av. Bernard O., Montréal
  Carte
15.00$ / 25 % de rabais! (Régulier:20.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Une présentation de l'arrondissement d'Outremont.

Louise Lecavalier et Benoît Lachambre, deux artistes inclassables et incandescents, partagent la scène du Théâtre Outremont dans IS YOU ME. Un duo sur l'identité, la fusion, la distance, une pièce, créée en collaboration avec le plasticien Laurent Goldring qui fait apparaître et s'effacer les corps en utilisant le dessin en direct et la vidéo. Le compositeur-interprète newyorkais Hahn Rowe les accompagne.

Création : Par B.L.eux
Co-créateurs : Benoît Lachambre, Louise Lecavalier, Laurent Goldring et Hahn Rowe

www.theatreoutremont.ca

  Is you Me

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Forces vitales
  Les danses de la mi-chemin 2016
  Voyage dans le Temps
  Ciel et cendres - Lucie Grégoire Danse
  L’École buissonnière | Pierre-Paul Savoie
  L'Envers de moi
  Moi, petite Malgache-Chinoise



Vos commentaires

Talent, passion, voilà de l'art en plein action.  
Du talent, on n'en absorbe tout au long du spectacle. Avec ce spectacle on peut non seulement se réjouir de voir Louise Lecavalier et Benoît Lachambre donner le meilleur d'eux-mêmes, mais en plus on a la chance de voir deux artistes très impressionnants construire le décor (en dessinant sur le décor à l'aide de matériel informatique) ainsi que la trame sonore, en direct. Laurent Goldring et Hahn Rowe performent de chaque côté de la scène et improvise de façon impressionnante sans pour autant enlever le crédit de la chorégraphie à nos deux danseurs. De plus, durant cette représentation, à cause de la mauvaise température, à deux reprises quelques problèmes techniques sont survenus et le public ne s'en est tout simplement jamais rendu compte. Étant donné le contexte de la création et la crédibilité des artistes, jamais nous, spectateurs, pouvions avoir un doute de ce qui c'était passé. C'est seulement à la fin du spectacle, lorsque j'ai rencontré Laurent Goldring que j'ai pu savoir cette anecdote pour le moins très démonstrative du talent de ces quatres artistes. Spectacle à voir absolument, je le recommande à tout le monde.

Sylvianne H.
Jeu. 29 avril 2010



La danse n'est pas toujours accessible  
J'adore la danse et pour la première fois j'ai décidé d'assister à un spectacle live. Je dois avouer que je catégoriserait plutôt ce spectacle dans la catégorie langage corporel que danse. Globalement, j'ai trouvé le spectacle long, mon attention n'a pas été totalement captée. Malgré le fait que je sois une fan de Louise LeCavaiier, je n'ai pu admirer son énorme talent de danseuses sur scène. Par contre, les animations et les dessins projetés sur la scène combiné à la musique étaient saisissant, mais parfois me faisait perdre l'attention vers les danseurs.

Lilly L.
Mer. 28 avril 2010



Expérience nouvelle  
Il s'agit d'une utilisation intéressante de l'informatique pour créer à certains moments un parallèle entre la gestuelle du dessin et la gestuelle des danseurs et à d'autres une symbiose entre les deux. La musique est bien adaptée à la chorégraphie. Le tout m'a fait vivre une soirée très spéciale. Bravo aux créateurs de ce spectacle.

Marie-Claire M.
Mer. 28 avril 2010



Is you me or are you mine?  
Si le langage chorégraphique de certains spectacles se lit aisément, il y en a pour lesquels on ne peut parler de lecture, non parce qu'ils sont incompréhensibles, ça c'est impossible puisqu'il y a toujours, à défaut d'un, du sens à quelques objets artistiques quelle qu'il soit. Non, certaines danses ne se lisent pas car elles ont comme précepte principal la jouissance. Eh bien, c'est le cas de Is you me dont la performance des interprètes Benoît Lachambre et Louise Lecavalier sidère. Il y a d'abord ces corps qui s'appellent et s'interpellent. Il y a cette colocataire qui s'affaisse sur son siège. Oui, il y a ces corps qui se fractionnent, se dédoublent comme chez Picasso. Il y a cette jambe déportée vers ma jambe. Les corps des interprètent s'allongent comme dans une sculpture de Giacometti. Et son épaule ploie vers la mienne. Il y a cette Louise Lecavalier avec ce corps apesanti par sa musculature dont chaque geste est empreint de tension. Sa bouche qui se pencherait vers mon oreille. Il y a Benoît Lachambre qui se fond et confond. En excuse, elle sursaute et se redresse sur son siège. Dommage... Puis il y a l'ambiance sonore de Hahn Rowe qui impose une étrangeté hallucinatoire. Qui agit comme une vague : nous capte puis nous rejette vers un autre tableau animé et inspiré de Laurent Goldring. Il y a eux puis les danseurs. Et ma colocataire de rangée. Et des prouesses et des promesses partagées. L'envi d'un peu de tendresse. Il y a des spectacles que l'on ne regarde pas mais qu'il faut vivre; des spectacles qui ne se décryptent pas : dont il faut simplement jouir. You and me.

Alain F.
Mar. 6 avril 2010