FCIM | Tu n'aimeras point FCIM | Tu n'aimeras point 
Cinéma
Jeu. 6 mai 2010 à 21:00
Cinéma du Parc
3575, av. du Parc, Montréal
  Carte
8.00$ / 20 % de rabais! (Régulier:10.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Un film de Renen Shorr (2009) - 92 minutes

"Un certain Regard" Festival de Cannes 2009

Aaron est un membre respecté de la communauté juive ultra-orthodoxe de Jérusalem. Marié à Rivka, il est le père dévoué de quatre enfants. Cette vie en apparence solide et structurée va être bouleversée le jour où Aaron rencontre Ezri. Emporté et ému par ce bel étudiant de 22 ans, il se détache tout doucement de sa famille et de la vie de la communauté. Bientôt, la culpabilité et les pressions exercées par son entourage le rattrapent, le forçant à faire un choix...



www.fcim.ca

  FCIM | Tu n'aimeras point

Inscription
Fil culturel | Cinéma

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  FSM | Inch'Alyah avec Judith Mergui
  Spectacle d'humour
  Couscous Comedy Show
  Les Mercredis Rires Garantis



Vos commentaires

Amour impossible  
"Il fallait le montrer", semble être le commentaire général à la sortie du film, sorte de résignation devant l'inévitable vérité qui choque à la fois les fibres les plus sensibles et les plus conservatrices. La salle était comble pour voir deux hommes s'adonner à un puissant désir charnel jamais vu sur grand écran. Si l'histoire n'est pas nouvelle en soi et qu'elle serait controversée dans n'importe quelle culture, ici les hommes en question sont des Juifs orthodoxes, dont le cadre religieux ne leur permet pas le moindre écart de conduite parmi les "justes". Est-ce l'interdit qui anime cette passion fulgurante ou un amour vrai partagé entre deux êtres? L'histoire ne le dit pas, mais dans cet environnement ultra-conservateur, la liaison n'avait aucune chance d'exister. Autant l'histoire n'est pas neuve, autant le dénouement est prévisible: le rejet de "l'élément impur", la repentance et le repli vers l'ordre établi, le traumatisme de la déchirure sentimentale. Par contre, le film ne démontre pas la profondeur des états émotifs des deux hommes. On devine seulement, à la fin, l'ampleur de la douleur de cet aventure sans issu, de cet amour impossible dont l’aboutissement tragique n’a d’égal que la passion fulgurante de ses débuts.

Sophie P.
Ven. 7 mai 2010