Festival MMM | Stree Shakti de Anuradha Pal Festival MMM | Stree Shakti de Anuradha Pal 
Musique
Sam. 17 avril 2010 à 20:00
Théâtre Outremont
1248, av. Bernard O., Montréal
  Carte
2 pour 1 ! (Régulier:18.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Présenté dans le cadre du festival Musique Multi Montréal, en collaboration et coproduction avec le Centre culturel Kabir.

Directement de l’Inde, Stree Shakti, formation féminine de percussionnistes sous la direction de Anuradha Pal, est de passage à Montréal pour la première fois et pour un soir seulement.

Anuradha Pal, surnommée la Reine des tablas, est entourée, pour ce spectacle, de quatre musiciennes qui chantent et jouent des instruments percussifs traditionnels — tabla, mridangam et kanjira — d’une manière hallucinante.

Leur spectacle est décrit comme une véritable explosion de rythmes effrénés et hypnotiques. La joie, l’exubérance, la spontanéité et la complicité sur scène sont leur marque de commerce. D’une maîtrise sans égale, elles interprètent des pièces originales fusionnant les traditions hindoustani du Nord et carnatique du Sud, matinées de sonorités contemporaines.

www.musiquemmm.com

  Festival MMM | Stree Shakti de Anuradha Pal

Inscription
Fil culturel | Musique

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Le clan des divorcées
  Jeannot dans la tempête
  Histoires de Fins
  Les monologues du vagin
  Mémoire de Lou | Théâtre de l’avant-pays
  No strings (attached)
  La singularité est proche
  Cabaret Tollé
  Sherlock Holmes et le chien des Baskerville
  Gloucester - Délire shakespearien
  Les habits de sa majesté
  Ça ! - Le Théâtre de Quartier
  Dans la tête de Proust
  Le Sapin de Noël
  10 ans de mariage !



Vos commentaires

Concert indien au féminin  
Haut en couleur fut ce concert, tout à la fois chromatiquement parlant, et musicalement. Sous la direction de Stree Shakti de Anuradha Pal aux tablas, ce groupe de sept musiciennes et chanteuse nous a quasi séduits samedi soir. Je dis quasi parce que le présentateur, la comparant au très grand tablaiste Zakir Hussain avait mis la barre si haute, que nos attentes ne furent pas comblées à satisfaction. Les envolées que ce grand maître se permet avec un tel bonheur communicatif n'avaient pas de comparable samedi soir au Théâtre Outremont. Et il fut regrettable de la dame, présentant les éléments de son groupe du soir se contente, lorsque soulignant la présence des deux musiciennes aux tempuras, de les nommer comme "la femme de" tel messieur dont nous n'avons pas idée de l'existence...

Juliette F.
Lun. 19 avril 2010