Docile : Du théâtre d'été surprenant!
Docile : Du théâtre d'été surprenant!

Publié par Ève Christian le Lun. 10 juillet 2017 à 16h00 - Contenu original
Théâtre, Docile, Jean-François Casabonne, Jonathan Racine, Mélanie Maynard, Petit Théâtre du nord, Suggestions de sortie, Théâtre d'été

Crédit photos: François Larivière

Le théâtre et moi…

J'aime le théâtre; le théâtre, en général. Ça veut dire que lorsqu'arrive la belle saison (NDLR : lire l'été!), j’apprécie aussi assister aux pièces de « théâtre d’été ». C'est l'occasion parfaite pour faire des sorties en famille ou avec des amis.
Je ne suis pas une journaliste des arts et spectacles, mais j’en vois beaucoup, ce qui me permet de partager mon opinion comme on le fait dans un musée en regardant les œuvres accrochées aux murs. C’est d’ailleurs pour ça que je collabore avec plaisir à atuvu.ca. Et cet été, je mets l’accent sur les pièces de théâtre d’été!


Le théâtre d’été

Il fut un temps où le théâtre d'été était un amalgame de claquages de portes et de gags prévisibles... Oh bien sûr, c'est encore parfois le cas car le théâtre estival n'en est pas épuré.
Mais du théâtre léger n’est pas toujours négatif! Surtout quand les phrases qu'on devine sont dites par des comédiens qui font merveilleusement bien leur travail, ça me va tout à fait. Je ne boude pas mon plaisir, je souris, je ris aussi (parfois moins que la clientèle habituée à ces soirées), mais je passe du bon temps.
Avec Docile que j’ai vue au Petit Théâtre du Nord, j’ai été vraiment déstabilisée.





Docile

Cette pièce sort des sentiers battus de ce qu’on nous présente au théâtre, l’été. D’ailleurs, ma soirée pourrait être résumée en un mot et une ponctuation : « Ouf » et « ? ».
J'ai été surprise, interloquée, mystifiée. Que d’interrogations ont surgi dans ma tête tout au long de la pièce.
À l'entracte, j'ai posé des questions à ma sœur (c'était elle, cette fois, l’heureuse élue qui m’accompagnait) pour comparer sa compréhension du texte avec la mienne.
  • Où va-t-on avec cette histoire?
  • Ne trouves-tu pas que les personnages sont particuliers, bizarres?
  • J'ai hâte de voir la suite, car j’espère que ça va s’éclairer un peu...
Mais je n’ai pas trouvé les réponses à toutes mes questions dans la deuxième partie et je suis retombée dans le même esprit de questionnement.
Et à la tombée du rideau, j'étais littéralement bouche bée : "Est-ce que c'est tiré d'une histoire vraie, ou c'est une fiction"?
J'ai eu l’élan d’aller fouiller sur Google pour voir si le personnage d’Ann Gausman existait vraiment…


L’histoire

L’action se passe en 1960 et le scénario nous installe dans un petit appartement d’un gratte-ciel de New York. Jacques (Sébastien Gauthier) est photographe. Accompagné de sa femme Ann (Louise Cardinal) et de sa mère (Danielle Proulx), Jacques se rend dans la Grosse Pomme pour réaliser un contrat dans une firme de produits de beauté.




Je laisse les coauteurs décrire la situation : « C’est l’histoire d’un couple qui avait un rêve, celui d’être né pour autre chose que son petit quotidien. »
C’était aussi l’époque où les femmes n’étaient que les épouses de leur mari, mais où certaines espéraient plus de liberté, d’égalité.
Le patron de la firme, Paul, joué par Jean-François Casabonne, est dur, imperméable et semble sans sentiments. Pauline (Mélanie St-Laurent) est un personnage pour le moins mystérieux. Il y a Joseph (Luc Bourgeois), l’adjoint de Paul, un rôle important, fort et intrigant. Et finalement, un septième personnage, invisible, mais autour duquel tourne une grande partie de l’histoire: la mystérieuse sœur de Paul. (Mais est-ce vraiment sa sœur?)
Voilà pour le scénario rendu vivant grâce à de formidables comédiens.
Pour ce qui est de l’issue de cette histoire, je vous laisse amplement la possibilité de vous questionner!





Artisans

Situé à Blainville, dans les Basses-Laurentides, le Petit Théâtre du Nord comble un vide entre Montréal, où foisonnent les théâtres, et les Laurentides, où on retrouve quelques théâtres d’été.
C’est le 20e anniversaire de ce théâtre qui a vu le jour grâce à la passion et à l’amitié de quatre comédiens, aussi deux couples dans la vie : Louise Cardinal et Luc Bourgeois, ainsi que Mélanie St-Laurent et Sébastien Gauthier.
Ces compères tenaient à ce que les pièces présentées pendant l’été dans leur théâtre soient différentes de celles qu’on est habitué à voir aux théâtres d’été. Et c’est réussi!
Probablement un peu comme un cadeau d’anniversaire, ils ont demandé aux auteurs qui avaient écrit la première pièce présentée dans ce théâtre, Loft Story, de bien vouloir célébrer avec eux ce 20e anniversaire: Jonathan Racine et Mélanie Maynard.
Petite parenthèse ici: il faut que je vous avoue que je ne connaissais pas le talent d’écriture de Mélanie Maynard. Pour moi, elle était la Pétrolia de la série Une galaxie près de chez vous que nous avons tellement écoutée en famille, car nos enfants en étaient des fans finis! Mais, je vous assure, elle a aussi d’autres talents!
Avec son complice Jonathan Racine, ils ont pondu une pièce intelligente, à l’humour noir, et pleine de mystère. D’ailleurs, elle est un peu difficile à catégoriser.
Mais ça marche tellement! Comme Mélanie Maynard le disait dans une entrevue, les deux auteurs se complètent parfaitement: « Jonathan a les images, moi, j’ai les mots. »
D’ailleurs, Jonathan et Mélanie ont écrit une autre pièce, Pain Blanc, qui est présentée cet été aussi, dans un autre théâtre, cette fois, sur la Rive-Sud. Jonathan Racine est aussi le metteur en scène de ces deux pièces. J’irai voir et vous en parlerai.




Donc, spectateurs à l’âme détective, laissez-vous convaincre et faites vite pour réserver vos places dans ce théâtre intime qui ne contient que 128 sièges, ce qui fait qu’on est tout près des acteurs et encore plus au cœur de l’intrigue!


Jusqu’au 26 août au Petit Théâtre du Nord, deux supplémentaires ayant aussi été ajoutées les 16 et 24 août prochains; pour en savoir plus cliquez ici.