Limbo; l’art d’aimer le désordre et le mystère
Limbo; l’art d’aimer le désordre et le mystère

Publié par Élizabeth Bigras-Ouimet le Lun. 17 juillet 2017 à 17h00 - Contenu original
Cirque, Cabaret, Casino de Montréal, Festival, Limbo, Montréal Complètement Cirque, Strut & Fret


Le Festival Montréal Complètement Cirque prenait fin ce 16 juillet, et sa programmation 2017 a encore une fois été un grand succès. Le public a eu droit à un cortège de numéros dans les rues et en salles, alliant théâtre, danse et acrobaties. Quelle chance avons-nous eu de pouvoir assister à des prestations de troupes étrangères à l’intérieur même de notre métropole ! Afin d’en mettre plein la vue aux spectateurs, Montréal Complètement Cirque a proposé à la troupe australienne Strut & Fret de faire partie de sa programmation et de se produire au Cabaret du Casino de Montréal… rien de moins !


En ce 375e anniversaire de Montréal, plusieurs nouveaux collaborateurs se sont joints au Festival Montréal Complètement Cirque, dont le Casino de Montréal. On ne pouvait espérer mieux que le Cabaret du Casino de Montréal pour assister à un spectacle multidisciplinaire et festif, qui rappelle les cabarets et les arts du cirque d’autrefois. Limbo, de la compagnie australienne Strut & Fret, est une expérience magique où illusion et réalité se côtoient, entre le bien et le mal, entre péché et décadence.

Strut & Fret est une société internationale des arts et événements, ayant plus de 20 ans d’expérience dans les arts du cirque. Fondée en 1997, elle se produit d’abord à « petite échelle », en Australie, en Asie, à Singapour et à Kuala Lumpur. Regroupant des artistes indépendants à l'échelle nationale et internationale, la compagnie participe par la suite à plusieurs événements privés et publiques dans divers domaines des arts de la scène. Strut & Fret collabore et coproduit également le festival The Garden of Unarthly Delights, site extérieur offrant plusieurs espaces de performance. Chaque année, plus de cent spectacles sont accueillis au « jardin ».

Se produisant dans les théâtres, les événements, les festivals et les lieux communs, la troupe australienne poursuit son objectif depuis 1997, celui d’offrir des numéros enjoués, colorés, rassembleurs et multidisciplinaires. Leur spectacle Limbo séduit le monde depuis 2013 et propose des personnages « au bord du faux réveil, où le murmure des esprits et la domination, l'illusion et la suspension » les gardent captifs.

Place au cabaret Limbo!


Les années folles

« Les Années folles désignent les années vingt, période marquée par une aspiration nouvelle à la liberté et à la joie de vivre, par une grande effervescence culturelle et intellectuelle, mais aussi par une remise en cause des valeurs d'avant-guerre. »

Référence : art-twenty.com


Réalisé par Scott Maidment, Limbo recrée cette ambiance si unique des années folles, des années exubérantes et libérées. L’excentricité, les arts, la vie de bohème et le mouvement surréaliste sont à l’honneur !

Les esprits s’ouvrent sur des années de guerre, tout se peut, tout a le pouvoir de se réaliser. Limbo explore la sensualité dans la délicatesse, dans le « voir, mais ne pas toucher », à la limite du voyeurisme ; l’équilibre est précaire entre le vrai et le faux.

Sur un fond musical absolument dément, composé par Sxip Shirey de New York qui nous soulève par ses bruits électro-acoutisques avec les musiciens Mick Stuart et Eamon McNelis, les artistes de la scène « agacent » et titillent les spectateurs.

Les numéros ne sont pas des plus extraordinaires, mais leur interprétation est offerte par des personnages qui sortent des archétypes. Certes, les femmes y sont belles, sexy et jouent de leur charme, mais sous leur apparence, elles sont indépendantes, prêtes à s’abandonner aux plaisirs et en plein contrôle de leur vie. Les hommes sont également sexy, athlétiques et forts, mais aussi émotifs et dépendants des éléments extérieurs de leur vie.

Danses chorégraphiques, main à main, cracheuse de feu, mâts japonais, avaleuse de couteaux: tout se déroule sans ordre précis semble-t-il, mais le « désordre » faisait aussi partie des années folles, sachez-le. On peut supposer que les créateurs de Limbo ont voulu déstabiliser les spectateurs par un déroulement décousu et des numéros sans grands effets spéciaux, dans l’art simple et complexe du cirque.

Il existe trop peu d’occasions maintenant pour laisser aller son imagination et pour ne rien chercher à comprendre. La profondeur de Limbo est ancrée dans les années 20.


Limbo, le jeu? MAIS NON!

Selon la théologie catholique romaine, Limbo est une région au bord de l'enfer ou du ciel, servant de demeure après la mort de nourrissons non baptisés (limbes de nourrissons) et des justes qui sont morts avant la venue du Christ (limbes des pères ou limbes des patriarches). Il peut aussi s’agir d’un lieu oublié ou d’un état d'oubli relégué, mis de côté, passé ou périmé. (Référence : dictionary.com/browse/limbo)

Aucune base étymologique, rationnelle, historique ou logique n’est proposée au public du spectacle Limbo de la troupe Strut & Fret, mais toutes les publicités de promotion disaient que Limbo allait être « osé, risqué, sexy et contagieux », avec « des numéros rares à faire tomber la mâchoire dans une ambiance survoltée », affirmant que « Ça fouette, brûle, agace et domine! »


Fausses promesses.

MAIS!

Il n’en demeure pas moins que Limbo est un spectacle à voir et dont vous devez vous faire une opinion vous-mêmes, vous imprégner des personnages et dont vous devez accepter le mystère et l’irrationnel; il n’y a rien à comprendre avec Limbo, tout est dans la finesse des numéros, l’ambiguïté des personnages et la subtilité des images légèrement éloignées des mœurs et valeurs québécoises « pure laine ». La qualité y est supérieure à la quantité.

Le public québécois a été largement influencé au cours des dernières décennies par son pays voisin, les États-Unis, quant aux arts cinématographiques; et tout doit nous être servi avec des effets spéciaux déroutants et percutants pour que nous nous sentions touchés, émus… mais… est-ce vraiment le but de Limbo?

Non. Cependant la publicité émise à son égard a voulu attirer les spectateurs et a « beurré épais » les caractéristiques du spectacle.

Limbo est assurément festif et un peu névrosé, mais il rappelle d’abord et avant tout les années folles, alors que la séduction passait dans le regard, le sourire en coin, l’effleurement des corps et les plaisirs inavoués. Les fantasmes se passaient alors dans l’imaginaire, dans l’interdit, dans les coins sombres de l’esprit au risque d’être damnés!

Voilà ce que Limbo est! Les numéros sont ficelés dans le non-dit, dans tout ce que l’on garde pour soi, les sentiments, les déviances, les abus, le désir qui brûle de l’intérieur et tente de s’extérioriser, les plaisirs charnels qui nous font dévier de notre prison mentale, la perte de contrôle et indéniablement, la perte de repère, les sentiments blessés, l’amour bafoué, le couple perdu.


Vous avez jusqu’au 29 juillet 2017 pour aller voir Limbo au Cabaret du Casino de Montréal. Pour plus d’informations sur le spectacle, cliquez ici; pour en savoir plus sur la compagnie Strut & Fret, suivez ce lien.