Messmer: « Hypersensoriel »... et efficace!
Messmer: « Hypersensoriel »... et efficace!

Publié par Roxane Labonté le Jeu. 19 octobre 2017 à 17h00 - Contenu original
Magie, Hypersensoriel, Hypnose, Messmer, Montréal, Réalité virtuelle, Suggestions de sortie, Théâtre St-Denis

Crédit photos: http://enspectacle.ca/

Ce mardi 17 octobre 2017, Messmer, la référence internationale en hypnose, a présenté en exclusivité son tout nouveau spectacle Hypersensoriel. Le détenteur du record mondial d’hypnose collective était très attendu; le Théâtre St-Denis, à Montréal, affichait complet, et a été complètement envoûté! Avec plus d’un million de billets vendus et 125 000 personnes hypnotisées sur scène depuis ses débuts en 1990, cet étrange « artiste-psychologue » a prouvé hier soir qu'il était infaillible, et à la hauteur de sa réputation. Portrait d'un spectacle unique, où l'émerveillement était à son comble!


Tests de réceptivité et techniques de Messmer

Messmer a fait trois tests de réceptivité au cours du spectacle (où il faut coller les mains ensemble, et selon les instructions, si elles ne se décollent pas, l'ordre est donné de monter sur scène). Alors, en tout, au moins quarante personnes sont restées subjuguées durant une heure complète! L'auteure de ces lignes a aussi été surprise: ses mains sont restées collées ensemble quelques secondes.

Avec ce spectacle, Messmer démontre que tous les sens peuvent être utilisés pour hypnotiser quelqu'un. L'état de conscience peut changer selon différents stimuli, et pas seulement avec la voix – et sa voix, justement, est troublante : grave, monotone et relaxante. Il parle très rapidement, laissant peu de temps aux gens de réfléchir. Il prouve ainsi que l'odorat, par exemple, peut être utilisé pour entrer en transe (l'odeur d'orange s'est avérée très efficace!). Il révèle aussi que cette énergie intangible est réellement contagieuse: à un moment, il touche une première personne, et lui dit de tomber sur la personne à sa droite, et ainsi de suite. Les gens s'affaissent alors comme des dominos, sous le joug du maître... Il dit utiliser des techniques de méditation, de relaxation, de yoga et de PNL, afin de permettre aux gens « d'aller plus loin ». Les spectateurs ont donc ouvert leurs esprits et rejoint des dimensions jusqu'alors inconnues...


Oiseaux sans vertige et réalité virtuelle

Le numéro des « Premiers hommes volants » fut particulier. Messmer a effectué d'abord une visualisation avec les participants, les emmenant à Dubaï, au dernier étage du Burj Khalifa, la tour la plus haute du monde. Il a alors repéré deux personnes qui avaient le vertige... Et les a suspendues à l'aide de cordes, leurs jambes retenues dans de bien étranges accessoires de scène affublés de plumes. Il les a fait voler au-dessus de New York, et les deux oiseaux ont perdu miraculeusement leur peur des hauteurs. Le reste des participants sont devenus des paparazzis, les mitraillant de leurs caméras imaginaires. Un homme est même devenu un journaliste français et ensuite chinois, et était accompagné d'un interprète en langage des signes. Ensuite, Messmer leur a fait oublier tout ce qui venait de se passer!

Il y a également un numéro où joue un enregistrement vidéo de l'hypnotiseur, et dans lequel il se répond à lui-même. On constate ses très bonnes qualités d'acteur, il est impeccable dans les répliques qu'il enchaîne rapidement. Puis il choisit quatre personnes, et elles « interprètent » le titre « I was made for loving you » de Kiss! Celui qui incarne Paul Stanley a un casque de réalité virtuelle, et les choses qu'il voit sont projetées sur les écrans. C'est vraiment fascinant, mais on aurait pu se passer des groupies au décolleté trop plongeant... Le spectacle en général aurait aussi pu mettre plus d'accent sur la réalité virtuelle – ce seul numéro plus « techno » était remarquable, et on aurait aimé voir davantage de possibilités appliquées au sujet.




Acteurs improvisés: presque effrayant

Ce qui est captivant chez Messmer, c'est sa capacité à créer des histoires montées de toutes pièces, et surtout à manier les âmes telles des marionnettes. Comme dans ce quiz télévisé intitulé « Connais-sens », où quatre personnes jouent des rôles définis et hilarants. Il convainc aussi les gens qu'ils sont dans un spa, à un autre moment... À souligner, la présence de la comédienne Anick Lemay, qui se chicane avec son amoureux, au « téléphone-chaussure ». Mais le numéro final est le plus sidérant: Messmer crée une pièce de théâtre qui met en scène une vingtaine de personnes dans une discothèque. Figurants, DJ, clients, et deux danseurs qui font un duel pour conquérir une jeune femme... L'un deux a subitement de très violentes crampes aux mollets, et Messmer pousse même l'audace jusqu'à vouloir suggérer un arrêt cardiaque. L'homme sera « réanimé » par la DJ, qui utilise ses écouteurs comme électrochocs... C'est presque effrayant. Et comme si ce n'était pas assez, Messmer recréé cette même scène complètement à l'envers, et ensuite au ralenti. Il la fait aussi figer au grand complet... Incroyable. Ces choses semblent a priori impossibles, mais le fascinateur réalise ces prouesses avec une telle facilité, ses ordres glissant dans le subconscient des participants comme un couteau dans du beurre...


Le dominateur de la psyché

Bref, avec Hypersensoriel, Messmer a prouvé que ses puissants pouvoirs psychiques sont efficaces, une fois de plus, et de façon incomparable. Il a beaucoup improvisé, et s'est adapté à la seconde près, magistral. Il n'a jamais perdu le contrôle, et est terriblement professionnel. Cela est même inquiétant... Une chance que ce contrôleur d'esprits et de corps est sain d'esprit!


Il sera donc au Théâtre St-Denis pour deux autres spectacles, les 20 et 21 octobre prochains à 20 heures. Cette « machine bien huilée » sera en tournée québécoise (28 dates) jusqu'en mai 2018. Pour les billets de ses prochains spectacles, c'est par ici!