« Te retrouver »: plus jamais nous ne nous séparerons
« Te retrouver »: plus jamais nous ne nous séparerons

Publié par Élizabeth Bigras-Ouimet le Lun. 18 décembre 2017 à 14h35 - Contenu original
First Editions, Geneviève Delpech, Le Don d'ailleurs - Autobiographie d'une médium, Médium, médiumnité, Michel Delpech, Patrick Pelloux, Suggestions de lecture, Te retrouver

Crédit photos: editionsfirst.fr

Est-ce que les liens se brisent lorsque la mort s’empare d’un être cher, ou notre histoire se poursuit dans une autre dimension? L’auteure et médium Geneviève Delpech est depuis longtemps convaincue de la deuxième option. Pourtant; lorsque son mari, Michel Delpech, décède suite à un combat acharné contre le cancer, elle se retrouve face à l’inconnu, la peur et le doute. Dans son livre, Te retrouver, l’auteure ouvre les portes sur ce grand amour qu’elle a vécu durant des années avec le chanteur, et sur son nouveau lien avec lui depuis son décès le 2 janvier 2016.

Michel Delpech a marqué le monde musical des années 60 et 70. Plusieurs de ses chansons jouent encore au Québec, telles que Pour un flirt, Que Marianne était jolie et Les Divorcés. Il était auteur-compositeur-interprète, homme de cœur et d’âme. Un être dont la vie fut certes mouvementée, mais oh combien riche spirituellement. Malgré les embûches sur sa route, il a toujours cherché à s’améliorer et surtout, à cheminer en tant qu’être.

Geneviève, jeune femme timide et à mille lieues du show-business, est médium depuis sa naissance. C’est dans son précédent livre, Le Don d'ailleurs - Autobiographie d'une médium, qu’elle dévoilait publiquement son don. « L'épouse du chanteur évoque son don publiquement pour la première fois. Elle explique comment elle est parfois dépassée par cette disposition surnaturelle, mais assure qu'elle la considère comme un cadeau. Elle propose une autre vision du monde, au-delà du pragmatisme et du matérialisme, et invite à considérer la possibilité d'un ailleurs. »

En 1985, Michel et Geneviève se marient. Un lien s’ancre alors pour toujours, pas seulement au niveau des anneaux et des vœux de mariage, mais entre deux âmes qui s’unissent pour la vie et… à travers la mort. Le livre Te retrouver est l’histoire inspirante de leur amour terrestre, et de leur nouvelle union spirituelle depuis la mort de Michel.

Faire face à son destin

« Un an avant l’annonce de la maladie de Michel, je lui avais dit – et répété ensuite tous les jours : " Michel, tu devrais faire des examens, parce qu’il se passe quelque chose dans ta bouche." » Pressentiment. Comment déjouer le sort, le destin, le karma, que l’on soit médium, médecin ou devin? Geneviève avait pressenti quelque chose d’anormal se logeait en Michel. Mais… il ne l’a pas écoutée.

Pour des raisons qui nous échappent souvent, et ce, malgré les avertissements que l’on pourrait nous faire pour éviter une situation, nous serons malgré nous portés à foncer directement vers celle-ci si nous avons à apprendre d’elle. Geneviève, malgré ses dons de médium, n’aurait pu empêcher Michel d’aller vers ce qui se dessinait pour lui. Le chemin sera long, la douleur sera vive et l’accompagnement de son mari dans la maladie sera une épreuve de grande souffrance.

Il y aura des moments d’espoirs, comme la rémission… Mais aussi la difficulté à retrouver leur vie d’avant, car Michel n’a plus de force, et son corps est affaibli suite à cette lutte de plusieurs mois. Mais la souffrance du corps n’est rien, comparée à celle de l’âme de cet homme qui a lutté pour survivre. « Nous n’avions plus de vie sociale. Il n’en avait pas la force car un cancer est aussi une descente aux enfers pour l’entourage. Patrick Pelloux m’avait prévenue que ça allait être difficile. Je n’avais pas mesuré à quel point. Et nous ne sommes pas préparés à cette épreuve " parallèle " que nous subissons. Il devrait y avoir un accompagnement psychologique soutenu pour l’entourage (…) il n’existe pas de structure suffisante pour soutenir les proches, pour les préparer et les accompagner. Au contraire, un sentiment de culpabilité a tendance à vite se développer. Je m’en voulais d’aller chez le coiffeur ou de faire un peu de shopping, de prendre deux ou trois heures pour moi. »

La puissance des mots que l’on pourrait avoir pour l’autre n’a d’égal que l’intimité des silences qui jalonnent le quotidien de la personne souffrante. L’auteure décrit avec authenticité et vulnérabilité son impuissance constante, à chaque jour qu’elle a accompagné Michel vers la lumière, vers cet ailleurs qu’il est nous est difficile d’imaginer.

Les proches aidants qui appuient et soutiennent la personne malade passent indéniablement par une période de découragement. À travers le récit émouvant de l’auteure, on découvre son amour sincère et inconditionnel pour son mari, au-delà de la dimension humaine telle qu’on la perçoit de notre vivant. Cette union d’âmes est forte, puissante, et ne pourrait se déraciner par l’expérience humaine.

Un nouvel amour

En vertu de la maladie, Michel quitte tout doucement son être « matériel », son corps, pour ne revenir qu’à son essence pure et divine, celle de son âme liée à la source. Bien qu’elle communique depuis très longtemps avec les morts, Geneviève éprouve un sentiment de solitude atroce, suite au décès de Michel. C’est le vide complet après des années de fusion. Elle sait qu’il est là, d’une autre façon, près d’elle; il lui envoie des signes très clairs, mais sa présence de « corps » n’est plus. Comme on renouvelle une relation de longue date, elle doit apprendre à communiquer et à partager avec Michel d’une autre manière.

« Aujourd’hui encore, la médiumnité laisse bien des gens mal à l’aise (…). Alors je dis à ces personnes: mais enfin, vous n’êtes pas heureux de retrouver votre père, votre mère, votre frère ou votre sœur partis avant vous? Eh bien non! Cela les terrorise (…). Notre mission, ajouterais-je, est de faire savoir qu’après la mort subsiste la conscience. Pour ne pas dire l’âme. Il est très positif que la science s’en mêle, que la physique quantique commence à apporter des solutions, à apporter la preuve d’univers multiples, d’autres dimensions et à concrétiser ce qui apparaissait hier encore comme une chimère. Nous, les médiums, devons donner de l’espoir " sonnant et trébuchant. " »

Les chapitres se suivent, des moments parfois de grâce, parfois de douleur. En parallèle à la mort de Michel, elle perd également sa grande amie Christine. C’est à travers ces deux deuils que l’auteure explique et témoigne de son don, de ses expériences avec le monde parallèle de l’au-delà, et des recherches qui tentent de démontrer l’existence de ce monde.

« (…) la science est sur le point de prouver l’existence d’univers parallèles qui valideront ces facultés extrasensorielles et ces expériences. Mais beaucoup doutent encore. Les préjugés sur ces phénomènes paranormaux ont la peau dure. La superstition demeure. Et pour moi c’est dramatique. À partir du moment où les médiums perçoivent ces phénomènes invisibles, il serait ridicule d’exclure de cet ordre de perception la communication avec les défunts. »

Ce monde insaisissable

Point de rupture, donc, entre les vivants et l’énergie de l’univers. Certes, elle ne peut vous persuader entièrement qu'il existe toujours un lien entre vous et vos défunts, mais son expérience personnelle reste tout de même convaincante. L’auteure se dévoile femme entière, à travers les épreuves et son cheminement personnel. Elle est saisissante, de par ses explications claires et concrètes sur un monde qui nous échappe encore.

« Chacun de vous avez une grande marge de liberté. Ne croyez pas que le Créateur vous tient au bout d’un fil comme des marionnettes. Vous devez trouver par vous-mêmes les chemins de votre conquête spirituelle. Votre vie est construite de toutes pièces par vous puisque c’est vous qui la pensez. Vous êtes sur la terre pour apprendre une seule chose: l’Amour. Dans les larmes, les contradictions et les épreuves. Unissez tous vos efforts dans une même pensée, l’Amour. Vous avez une mission à accomplir: Aimer. »

Somme toute, Te retrouver, publié chez First Editions, est un bel hommage à l’amour que Geneviève a vécu avec Michel Delpech, mais il est également un hommage à leur union d’âme à âme, au véritable miracle de la vie, celui d’apprendre à aimer, d’apprendre la compassion et de cheminer à travers notre souffrance.