Le festival Fantasia entre gore et humour
Le festival Fantasia entre gore et humour

Publié par Maxime Hébert-Lévesque le Mar. 31 juillet 2018 à 14h00 - Contenu original
Cinéma, Body Melt, Comédie, Fantasia, Festival, Film de genre, Gore, Granny, Horreur, Humour, Montréal, l'été..., Suggestions de sorties, The Oily Maniac

Crédit photos: Festival Fantasia

Le festival Fantasia est reconnu pour ses excellentes productions cinématographiques, mais également pour ses films d’horreur de série B ! atuvu.ca s’est amusé à rechercher dans la programmation du festival les films les plus bizarres et les plus loufoques. Voici donc une liste non exhaustive de quelques productions qui ont été projetées lors de ce rendez-vous du cinéma de genre !


Un film pour les adeptes de la théorie du complot

Réalisé par Philip Brophy et sorti en 1993, Body Melt est un film d’horreur satirique australien. C’est l’histoire d’une petite communauté du nom de Pebbles Court qui voit son destin changer du jour au lendemain à la suite de l'apparition d'un nouveau produit santé. La « Vimuville », qui est présentée comme étant une vitamine miracle, se révèle plutôt être un médicament extrêmement dangereux. Après avoir consommé le produit, les patients hallucinent, gonflent et explosent littéralement. Il est donc facile de s'imaginer les scènes cocasses que cela peut donner! Les effets spéciaux sont datés, nous sommes vraiment dans le courant cinématographique des années 1980-1990 avec son lot de maquettes, de pâtes à modeler et de liquides multicolores. Côté acteurs, nous sommes très loin de l’Actors Studio! La production raconte avoir engagé des comédiens de télévision en vacances pour le film. Je crois qu’ici, tous les moyens sont bons pour éviter d’être sélectionnés aux Oscars! D’ailleurs, le jeu maladroit des acteurs donne des situations hilarantes, surtout dans les scènes d'explosions corporelles et de transformations. Cela rajoute une bonne dose d’humour à la diégétique du film. L’œuvre de Brophy a été restaurée pour son 25e anniversaire et a été présentée au festival Fantasia ce vendredi 27 juillet. Voici un aperçu du film :





Placer ses grands-parents ou non? Tel est la question!

Granny est un court-métrage australien qui parle d’un sujet d’actualité, mais avec un angle assez inusité. En effet, la population est de plus en plus vieillissante et nous sommes désormais obligés de placer les personnes âgées dans des centres, ce qui leur fait perdre de l'autonomie. Dans ce film, un petit-fils se retrouve devant l'obligation d'envoyer sa grand-mère dans un établissement adapté, mais les choses tournent mal! Voici le synopsis : « Un jeune homme tente désespérément de survivre à l'attaque particulièrement meurtrière de sa grand-mère, résolue à ne pas aller en centre pour personnes âgées ». Le film est classé comédie-horreur, mais on se doute bien que c’est l’humour qui l’emporte facilement par-dessus l’horreur. Le court-métrage a été diffusé dans le cadre du festival Fantasia le jeudi 26 juillet. Voici en lien la bande-annonce.


Un scénario bien huilé

Sorti à Hong-Kong en 1976 et en première québécoise quarante-deux ans plus tard, The Oily Maniac est certainement l’un des films les plus loufoques que j’ai pu découvrir dans la programmation du festival Fantasia. C’est l’histoire de Sheng, un handicapé introverti qui connaît plusieurs déceptions amoureuses et qui est la risée de son patron. Par un concours de circonstances, il reçoit le don de l’huile. Une sorte de sortilège qui lui permet, en se baignant dans une huile (d'arachide, de coco, de canola, etc.), de se transformer en créature plus forte que nature. La nuit, c'est un monstre gluant et odorant qui s’attaque aux méchants, et le jour, c'est une personne singulière et timide. Jusqu’à présent, nous ne sommes pas très loin de l'histoire classique du super-héros. Mais une question demeure : pourquoi a-t-il hérité d'un don aussi « nul »? C'est probablement ce dernier point qui fait l'originalité du film! Parmi tous les sorts inimaginables, il reçoit le pouvoir d'être glissant et salissant! On parle plutôt d'une malédiction que d'un avantage, et il est condamné à salir tous ses vêtements. Nous sommes bien loin de Batman, Spider-Man ou encore Superman. Il ne vole pas, il ne marche pas sur les murs et il n’a pas de gadget. Il est même moins bien que le monstre des marais puisque ce dernier peut aller dans l’eau! Le film a été présenté au festival le 28 juillet. Voici la bande-annonce :





Le festival Fantasia nous réserve chaque année des productions excentriques. La programmation riche et diversifiée de cet événement apporte une touche colorée à la scène culturelle montréalaise. La majorité des films sont de grandes qualités, mais la section horreur-gore nous apporte toujours un lot de courts et de longs métrages bizarres et très humoristiques. À consommer sans modération!