Misc au Théâtre du Vieux-Terrebonne | Ne manquez pas le trio jazz en pleine ascension!
Misc au Théâtre du Vieux-Terrebonne | Ne manquez pas le trio jazz en pleine ascension!

Publié par Mathilde Recly le Jeu. 11 octobre 2018 à 9h30 - Contenu sponsorisé
Musique, Cédric Dind-Lavoie, Entrevue, Jazz, Jérôme Beaulieu, Misc, Suggestions de sortie, Théâtre du Vieux-Terrebonne, William Côté

Crédit photos: Philippe Richelet

Connaissez-vous Misc? Ce band se positionne avant tout du côté du jazz tant pour la tradition que pour l’improvisation, mais s’inspire également d’univers de musiques actuelles comme la pop et le rock. Ce vendredi 19 octobre à 20 h, les trois musiciens s’apprêtent à monter sur la scène du Théâtre du Vieux-Terrebonne et à envoûter le public avec leurs sonorités recherchées, leur dynamique étonnante et leur complicité bien présente. Pour l’occasion, atuvu.ca s’est entretenu avec le pianiste Jérôme Beaulieu et vous en dit plus sur un projet musical à découvrir de toute urgence!


Un parcours sans fausse note

Misc, c’est d’abord la rencontre de trois étudiants en musique à l’Université de Montréal, soient Jérôme Beaulieu au piano, William Côté à la batterie et Philippe Leduc à la contrebasse. Un jour, une amie en commun saxophoniste leur propose de l’accompagner lors d’un examen de fin de session, et la chimie est évidente... Alors, naturellement, les affinités font que les musiciens continuent à jouer et à se produire ensemble en trio. Pour l’anecdote, l’amie à l’origine de leur rencontre est aujourd’hui leur gérante et leur bookeuse!

Au passage, notons que Misc ne s’est pas toujours appelé ainsi : en effet, c’est sous le nom du Trio Jérôme Beaulieu qu’il sort l’album L’homme sur la lune (2012), avant d’être consacré « Révélation Jazz Radio-Canada 2013-2014 » avec son second opus Chercher l’équilibre (2014), très apprécié de la critique musicale et du public. En 2016, le groupe évolue et devient Misc en même temps qu’il sort un troisième album homonyme. Puis, quelques mois plus tard, Philippe Leduc quitte pour de nouvelles aventures « non musicales, puisqu’il commence une carrière en ostéopathie » précise Jérôme Beaulieu. C’est Cédric Dind-Lavoie qui prend alors le relais et assure la chaleur des fréquences basses du trio.

Ce qui frappe chez Misc, c’est la cohésion artistique et musicale des trois personnalités, de par les traits de caractère et les forces créatives de chacun. Tous complètent à leur façon le tableau du groupe : « De mon côté, je vais emmener des suites d’accords, des mélodies, des embryons de composition ; Cédric, lui, a un très grand sens mélodique, il réalise et collabore avec des groupes d’horizons très variés, que ce soit de la musique africaine, latine ou même classique… En fait, il a une vue d’ensemble sur ce qu’est une chanson du début à la fin; et William est amené à avoir un input très solide au niveau de la forme que la pièce va prendre, c’est la personne la plus méticuleuse qui s’attarde à tous les petits détails pour que la chanson soit unique et surprenante! », nous explique le pianiste.

Créativité, originalité et surprises

Dans leur dernier album Misc (2016), les musiciens – fidèles à leurs habitudes – ont alterné entre compositions et réappropriations d’œuvres d’autres artistes. Ainsi, on redécouvre « Respirer dans l’eau » de Daniel Bélanger, « Messenger » de Blonde Redhead et « Overgrown » de James Blake.

Quand on interroge Jérôme Beaulieu sur le processus créatif et sonore du trio, il répond : « Dernièrement, nous avons incorporé beaucoup d’effets. Au piano par exemple, j’ai un micro-contact et je passe à travers des pédales d’effets, ce qui permet d’aller chercher un éventail de sons beaucoup plus large qu’avec un piano acoustique. Cédric utilise également les pédales en plus de jouer de la basse électrique, ce qui donne une texture sonore supplémentaire. William, lui, ajoute à sa batterie toutes sortes d’éléments de percussions qu’on ne trouve pas nécessairement dans un magasin de musique. Par exemple, il a déjà incorporé de grosses cloches de métal ou une crécelle à son kit. »

Au sujet du travail qui avait été fait pour le spectacle « Misc revisite James Blake » au Festival international de jazz de Montréal en 2017, notre interlocuteur indique : « On aime aussi les sonorités électro. Dans la musique de James Blake, quasiment tous les claviers et programmations sont faits à l’ordinateur. Il n’y a pas de référence directe à nos instruments, le groove électro ne peut pas facilement être repris à la batterie. Ça donne l’occasion de faire de la recherche sonore, en essayant de reproduire le plus fidèlement le son tout en apportant une touche acoustique. »

Et côté surprises, alors? « On aime créer une pièce avec deux voire trois mood qui s’enchaînent, qui s’imbriquent naturellement et viennent créer une petite surprise quand on passe à la prochaine section! », conclut l'artiste.


Attendez-vous donc à être conquis lors du passage de Misc au Théâtre du Vieux-Terrebonne! La synergie du groupe et l’alternance entre tradition, improvisation et emprunt réussi à d’autres genres musicaux devraient faire votre bonheur. Vous pouvez dès à présent réserver vos places pour le 19 octobre à 20 h, en suivant ce lien!