Bach + Gira |  Incursion au Brésil avec la famille Grupo Corpo
Bach + Gira | Incursion au Brésil avec la famille Grupo Corpo

Publié par Gabrielle Lebeau le Ven. 25 janvier 2019 à 9h00 - Contenu original
Danse, Bach + Gira, Danse Danse, Danse moderne, Danse traditionnelle brésilienne, Grupo Corpo, Place des Arts, Rodrigo Pederneiras, Spectacle multidisciplinaire, Suggestions de sortie, Théâtre Maisonneuve

Crédit photos: José Luiz Pederneiras

La compagnie brésilienne Grupo Corpo est montée hier sur les planches du Théâtre Maisonneuve, pour la première de son programme double Bach + Gira. À l’entracte, après Bach, la salle fusait déjà de commentaires élogieux au sujet du chorégraphe et des 22 danseurs. La seconde partie n'a fait qu’amplifier le ravissement. Depuis plus de vingt ans, Grupo Corpo tourne à travers le monde et a aujourd’hui en main 39 chorégraphies où le traditionnel survit au moderne.


Bach

Crédit photos: José Luiz Pederneiras.


Sur une trame sonore composée par Marco Antônio Guimarães et inspirée de l’œuvre de J. S. Bach, les danseurs se sont approprié doucement la scène du Théâtre Maisonneuve. La danse est au service de l’orgue que l’on associe au divin, ou peut-être, à l’influence du christianisme au Brésil. Chacun a d’abord dansé en solo, puis tous se sont synchronisés par leurs mouvements jusqu’à s’unir en un seul groupe… avant de se désunir: un à un, en duo ou en trio, les danseurs s’en sont extirpé, soumis à une séquence distincte menant chaque sous-groupe sur une ligne précise.

Lors de la rencontre post-spectacle avec les artistes, le chorégraphe Rodrigo Pederneiras a dit, au sujet de cette pièce : « Il y a une grande émotion dans chaque travail ». C’est ce que les spectateurs ont perçu dans l’énergie des danseurs, dont la concentration est au maximum pour respecter les comptes et les lignes, mais aussi dans la précision des jeux de bassin, toujours comme sur des rebonds, mais avec des mouvements sans cesse directs à travers le corps et l’espace scénique. La qualité technique a impressionné les spectateurs, qui se sont renseignés sur l’entraînement des danseurs. L’une d’elle, âgée de 41 ans, en a partagé les détails: chaque jour, ils commencent par 1 h 30 de ballet, avant 4 h 30 de pratique des compositions. En dehors de ces entraînements, chacun complète sa routine selon ses besoins (yoga, gym, pilates), conscient de l’importance de sa forme physique et de son alimentation pour la performance.

Les tableaux se sont enchaînés, se distinguant par l’éclairage et les costumes (des une-pièce académiques), par des teintes de bleus, de cuivres sombres, et pour finir tout en or. Des pôles suspendues au plafond formaient comme un nuage couvrant la moitié de la hauteur, du plafond vers le sol. L’idée des pôles, nous en a informé Rodrigo, provient de la volonté de « faire les choses en haut » dans cet hommage à Bach. Ainsi, il n’y a pas de travail de sol sauf de rares exceptions: la danse est constamment dans le rebondissement, les sauts, et les pôles permettent d’aller encore plus haut, de toucher le ciel.

La compagnie détaille, sur son site:
Um jogo entre o que se ouve e o que se vê, onde o barroco de Bach e o barroco de Minas Gerais, no Brasil, se realizam como dança. A coreografia aspira ao que está acima, e a música, ao que está dentro das partituras de Bach”

« Un jeu entre ce qui est entendu et ce qui est vu, où le baroque de Bach et le baroque de Minas Gerais, au Brésil, se réalisent à travers la danse. La chorégraphie aspire à ce qui est au-dessus, et la musique, à ce qui est à l’intérieur des partitions de Bach. »


Gira

Crédit photos: José Luiz Pederneiras.

Interprètes Dayanne Amaral, Janaina Castro, Edmárcio Junior, Malu Figueiroa, Ágatha Faro, Rafaela Fernandes, Edson Hayzer.



La pièce s’ouvre sur des chants et percussions africaines, instaurant une énergie de combat, une pénombre apeurante, évoquant le surnaturel. Pour créer Gira, a raconté l’un des danseurs, ces derniers se sont immiscés dans les cérémonies de la religion umbanda, née au Brésil de la fusion du candomblé, du christianisme et du kardécisme (ou spiritisme). Ils y ont étudié les mouvements des orixas (divinités) et en particulier d’Exu, le plus humain des orixas, pour inspirer le chorégraphe. Cette seconde pièce est plus « dansée », car chaque danseur avait la liberté d’y mettre plus de lui-même. Conceptrice des costumes, Freusa Zechmeister a habillé tous les danseurs, indépendamment du sexe, de la même façon: torse nu, l'autre moitié du corps étant recouverte de jupes blanches.

“Mergulhar no universo das religiões afro-brasileiras para se alinhar ao tema proposto pelo Metá Metá foram as primeiras providências dos criadores do Grupo Corpo. Mas engana-se quem pensa que vai assistir a uma representação mimética dos cultos afro-brasileiros.”

« Plonger dans l'univers des religions afro-brésiliennes pour s'aligner sur le thème proposé par Metá Metá (la trame sonore) a été la première étape entreprise par les créateurs de Grupo Corpo. Mais, détrompez-vous si vous pensiez assister à une représentation mimétique des sectes afro-brésiliennes », peut-on lire sur le site de Grupo Corpo.


Grupo Corpo… Un groupe à suivre absolument!

Le double programme Bach + Gira est un baume pour les yeux, les oreilles et le cœur. C’est l’œuvre de toute la famille Corpo, qui explore ensemble une « danse intérieure au corps », toujours guidée par la musique, s’inspirant de celles qui ont évolué dans les rues du Brésil (entre autres, le xaxado, la samba, la capoeira et les danses de salon) et les traduisant en un langage essentiellement moderne, sans jamais oublier la joie de bouger, ni la violence de la condition humaine. Une danseuse, depuis 18 ans dans la compagnie, a ainsi expliqué les liens qui tissent Grupo Corpo: « Je suis plus souvent avec Grupo Corpo qu’avec ma famille. Ils sont ma famille. Rodrigo me connaît, il sait comment je bouge. Lorsqu’un jour j’arrive et je ne me sens pas bien, il le voit. Chacun de nous est différent, certains sont très grands d’autres petits. Rodrigo connaît nos corps; il crée des mouvements spécifiques à chacun de nous. »


La compagnie Grupo Corpo offre des représentations jusqu’à vendredi au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, ainsi qu’un atelier de danse le samedi matin. Réservez vos billets en cliquant ici!

Grupo Corpo