Balade dominicale | Retour aux racines avec les Dimanches trad au parc Maisonneuve
Balade dominicale | Retour aux racines avec les Dimanches trad au parc Maisonneuve

Publié par Marie-Eve Boisvert le Mer. 30 janvier 2019 à 15h45 - Contenu original
Musique, Activité hivernale, Balade dominicale, Dimanches trad, La Chasse-Balcon, Musique traditionnelle, Parc Maisonneuve, Suggestions de sorties

Crédit photos: Crédit photo : Joël Lemay / Agence QMI

Je vous propose cette semaine un petit détour par le parc Maisonneuve pour cette deuxième édition « sous zéro » de la balade dominicale! On y va non seulement pour l’accès à la nature que le site permet, mais surtout, parce que c’est à cet endroit qu’ont lieu depuis maintenant quatre ans les Dimanches trad, des sessions musicales rassembleuses présentées par le collectif de la Chasse-Balcon.


C’est par un heureux hasard que je suis tombée sur ce jam festif rassemblant plus d’une vingtaine de musiciens, alors que je passais simplement par le chalet adjacent à la patinoire du parc Maisonneuve pour enfiler mes patins, question de les dérouiller et de me dérouiller par le fait même sur la glace!

Une fois devant ce spectacle – qui n’en est pas un à proprement parler –, difficile de ressortir à l’extérieur. Car les reels, gigues et chansons du terroir qui sont présentés au public (aussi bien constitué de gens venus assister à la session musicale que de sportifs du dimanche) sont entraînantes, et on s’y enfarge les lames... pour le moins qu’on y prête l’oreille.

C’est ainsi qu’au son des violons, guitares et accordéons, pour ne nommer que ceux-là, on découvre tout autant des bambins qui se dandinent au rythme des accords que des personnes du troisième âge qui tapent du pied, la nostalgie aux yeux et le sourire aux lèvres. On peut probablement expliquer cette capacité qu’a la musique traditionnelle à rejoindre un public aussi éclectique que multigénérationnel par l’état d’esprit festif qui le définit. Selon Catherine Planet, violoniste et conceptrice de la Chasse-Balcon, celle-ci est également caractérisée par l’ouverture d’esprit, la spontanéité et l’amour de la collectivité!

Cette dernière précise qu’il ne faut pas se méprendre sur la nature dite « traditionnelle » de cette musique. Car la tradition, bien que forgée par le passé de ses acteurs, se veut intemporelle, en ce qu’elle existe pour représenter les réalités de ceux-ci, qui s’en emparent en la réadaptant au gré des évolutions sociales et culturelles. C’est ainsi que la musique traditionnelle évolue sans cesse, revisitant ses classiques et acquérant constamment de nouvelles compositions, ses pièces se transmettant tout aussi bien par le biais du partage de partitions que par l’écoute, l’apprentissage par la pratique et la mémoire collective; comme il en va de la tradition orale. C’est d’ailleurs ce qui explique, en partie, que la communauté de musiciens « trad » de Montréal ne possède pas le même répertoire musical que les autres communautés du Québec; celui-ci diffère et évolue selon son territoire.



Tout de même, il était impressionnant de voir cette vingtaine de musiciens réunis dimanche dernier dans le chalet du parc Maisonneuve, tous s’accordant et jouant les unes à la suite des autres des pièces choisies aléatoirement, et ce dans une réelle harmonie. Car, il faut le rappeler, cet événement se veut avant tout un jam auquel participent tout aussi bien des musiciens professionnels, provenant entre autres de la Chasse-Balcon et de ses diverses ramifications, que des amateurs qui sont invités à se joindre au cercle des musiciens, dans lequel des chaises sont toujours laissées libres à l’intention de ceux-ci. Question de s’assurer qu’il y ait une certaine ligne directrice à la session musicale, la Chasse-Balcon invite chaque semaine deux hôtes qui « guident » la séance: lors de la précédente session, il s’agissait de Carmen Guérard, à l’accordéon, et de Jean Rheaume, au piano, tous deux faisant partie d’EspaceTrad, un organisme œuvrant pour la promotion de la musique et de la danse traditionnelle.

D’ailleurs, cette dernière fait également partie de l’ADN de la culture de la musique traditionnelle. Bien qu’aux Dimanches trad, il n’y ait pas systématiquement de danseurs invités, des formations se joignent souvent à la fête (quand ce ne sont pas des danseurs de gigue ou bien des calleurs qui permettent au public de s’initier à l’apprentissage de quelques pas de danse). Et, pour ceux qui auraient malgré cela trop de fourmis dans les jambes, il y a toujours l’option de s’élancer sur la glace de la patinoire du parc Maisonneuve, la musique du jam y étant diffusée en simultané.

La Chasse-Balcon poursuit donc, avec les Dimanches trad, sa mission de nous prouver, été comme hiver, que la musique traditionnelle est on ne peut plus actuelle, et qu’elle représente une richesse de notre patrimoine immatériel québécois qu’il fait bon de préserver pour l’amour de la fête et du commun. Il serait facile de palabrer que le succès du collectif provient d’un pacte avec le diable, les divers événements de la Chasse-Balcon ayant touché pas moins de quelques milliers de citoyens cette année. À moins que ce ne soit la médiatisation de plus en plus importante des activités de cette communauté, qui vient grossir ses rangs, saison après saison? Quoi qu’il en soit, rien de mieux qu’une incursion dans l’univers de la musique traditionnelle pour se réchauffer l’esprit et en avoir le cœur net.


Les Dimanches trad ont lieu tous les dimanches jusqu’au 10 mars dans le chalet du parc Maisonneuve. Pour en savoir plus, cliquez ici.