BANG! BANG! Cirque & burlesque | Quand puissance et sensibilité prennent leur envol
BANG! BANG! Cirque & burlesque | Quand puissance et sensibilité prennent leur envol

Publié par Marie-Eve Boisvert le Lun. 18 février 2019 à 17h30 - Contenu original
Cirque, Acrobaties, Bain Mathieu, BANG! BANG!, Burlesque, Cirquantique, Érotisme, Humour, Politique, Queer, Suggestions de sorties

Crédit photos: Danielle Bouchard

C’est après une grande tournée québécoise et américaine que la compagnie Cirquantique se réinstallait hier à Montréal, pour une nouvelle série de représentations alliant cirque et burlesque. Investissant le Bain Mathieu de part et d’autre, les artistes circassiennes de ce spectacle sensuel, amusant et politique ont eu tôt fait de plonger les spectateurs dans une ambiance à la fois intime et survoltée.


BANG! BANG!, la plus récente création de la compagnie Cirquantique, est ainsi de retour dans les lieux qui l’ont vue naître, mais sous une nouvelle signature. C’est que sa mise en scène a été revisitée par l’artiste burlesque Josephine, et son design, repensé par Danielle Bouchard en vue d’une ambitieuse tournée européenne prévue pour 2021. Un résultat qui en met plein la vue: sans plus tarder, place au spectacle!

Le favori de Cirquantique, toujours aussi vertigineux et authentique

21 heures tapantes, la salle de la rue Ontario se transforme en bordel des années 1920 et les femmes qui dirigent l’institution arpentent, coquines et décontractées, les tables où prennent place hommes et femmes venus assister au spectacle. La place est inévitablement à la taquinerie et à la sensualité, dans cette mise en scène d’inspiration vintage sur fond d’électro-swing qui joue habilement avec les clichés traditionnels du burlesque, tout en y ajoutant une touche progressiste. Une prestation qui commence dans l’humour, alors que les têtes d’affiche de BANG! BANG! se rejoignent sur une scène aux allures baroques tenant lieu de bordel, pour une danse lascive où on est introduit aux personnalités des cinq personnages dans une chorégraphie rythmée par des fessées frivoles. Il n’en fallait pas plus pour amuser les spectateurs et saisir le ton du spectacle, décrit par sa metteuse en scène comme un « fantasmatique orgasme féministe »! Pour la suite du show, des performances aériennes puissantes s’enchaînent, au rythme de mises en scène comiques et de danses acrobatiques assurant la transition entre ces différents tableaux hauts perchés.

C’est ainsi qu’on découvre d’abord les talents de la contorsionniste et trapéziste Priscilla Dellazizzo, qui nous invite dans sa routine beauté tout en candeur, laquelle se conclut par une performance de trapèze où la grâce se fait maîtresse. On a ensuite droit à la première performance du spectacle de Delphine César, artiste versatile et insaisissable dans son rôle de tenancière de bar, mais surtout, intense et précise dans sa pratique de la corde lisse. À ce stade-ci de la prestation, on saisit bien que sous les airs sympathiques des personnages de BANG! BANG! se dissimulent de redoutables athlètes. C’est par un impressionnant numéro de cerceaux (accompagné d’une performance au chant) qu’on part ensuite à la rencontre du personnage mélancolique de la matrone du bar, interprété avec assurance par Mélodie Couture. Une mélancolie qui est rapidement balayée du revers de la main par la pétillante Daïna Michaud, cette spécialiste du tissu aérien – et directrice artistique de BANG! BANG! – incarnant l’amie fidèle, qui console la peine de la matrone dans une performance aérienne athlétique et rassembleuse.


Crédit photo: Photographie sur le vif

Quelques tableaux plus tard, après maintes incursions des filles dans le public et plusieurs clins d’œil théâtraux aux normes « hétéronormatives », on entre au cœur du propos politique de l’œuvre avec la magnifique performance de Sara Deull, plutôt discrète jusque-là. Celle-ci permet d'aborder la question de la fluidité des genres et de l’amour entre femmes, par le biais d’un striptease réinventé entre elle et le personnage de Delphine, les deux femmes se défaisant tendrement de leurs costumes après avoir escaladé un des rebords du Bain Mathieu. Ce tableau, réalisé sur une trame sonore où l'on peut entendre Simone de Beauvoir et d’autres voix du féminisme, se transporte naturellement jusqu'à la scène principale, là où s’orchestre un numéro de sangles aériennes en duo, tout aussi épuré qu’hypnotisant. Une finale efficace et touchante pour ce spectacle qui se veut à la fois divertissant et porteur d’un propos plus militant.

L'action politique dans les coulisses du cirque

Sans aucun doute, on note que la trame de fond de la création se veut inspirée de la période de la prohibition, un moment de l’histoire marqué par la rébellion du peuple, l’émancipation des femmes et la question des genres, des mouvements particulièrement actifs à Montréal où l’alcool était toujours en vente libre. Cette production de la compagnie Cirquantique remet ainsi au goût du jour les enjeux de cette époque, par le biais de son cast entièrement féminin. Celle-ci raconte effectivement, au travers des relations amoureuses et amicales de ses personnages, une histoire de persévérance et d’adversité face aux stigmates sociaux. Il faut dire que le coopérative Cirquantique a toujours eu à cœur de présenter un propos politisé au travers de ses créations, ce qu’elle fait avec brio depuis maintenant sept ans. La compagnie, aujourd’hui composée de cinq femmes artistes et travailleuses culturelles, poursuit donc cette mission avec BANG! BANG!


Ce cabaret haut en couleur sera présenté jusqu’au 23 février prochain, au Bain Mathieu. Il paraîtrait même que le public y est invité à revêtir ses plus beaux habits inspirés des années 1920 pour l’occasion. Alors, à vos costumes? Pour les offres atuvu.ca concernant ce spectacle, c’est ici!