« Alegria » du Cirque du soleil triomphe encore !
« Alegria » du Cirque du soleil triomphe encore !

Publié par Daniel Raymond le Lun. 29 avril 2019 à 19h30 - Contenu original
Cirque, Acrobaties, Cirque du Soleil, Clown, Magie, Spectacle multidisciplinaire, Vieux-Port

Crédit photos: Alegria by Cirque Du Soleil, page Facebook officielle.


Jeudi le 25 avril, sous le chapiteau érigé dans le vieux port de Montréal, c’était soir de première de la version revampée du spectacle Alegria du Cirque du soleil. L’événement a été très couru et a remporté un très vif succès.


Avant le début de la représentation, la foule bigarrée, qui comportait son lot de célébrités, a été divertie par des amuseurs de foule, en plus d’être aussi royalement que gratuitement traitée par le Cirque du soleil qui ne lui a pas offert que champagne et autres compagnies à volonté mais smoothies, maïs soufflé, hors-d’œuvre, et plus encore. Une ballerine déambulant sur ses pointes offrait des oiseaux de papier tandis qu’un magicien ambulant s’exécutait et qu’un autre saltimbanque distribuait libéralement des nez de clown à qui mieux mieux. Cette générosité s’est renouvelée à l’entracte et s’est même poursuivie après la représentation.

Je rappelle que depuis sa création en 1994, et au terme d’une tournée mondiale d’une durée de 19 ans, qui s’est terminée en 2013, Alegria a été présenté devant plus de 14 millions de spectateurs dans quelques 255 villes. C’est une incontestable et flamboyante réussite qui semble bien vouloir se poursuive et aspire visiblement à la pérennité.

Après une pause de 5 ans, le Cirque du soleil présente maintenant une nouvelle mouture adaptée au goût du jour aux chapitres du concept scénique, des costumes, des numéros acrobatiques et des arrangements musicaux.



Le fil conducteur

Chose qui n’est absolument pas évidente pour le spectateur non averti, et même pour l’averti, c’est qu’il y a un concept, une trame dramatique, un fil conducteur sous-tendant l’action des différents tableaux composant le spectacle. Selon le(s) scénariste(s), Alegria veut nous « […] raconter à nouveau son histoire intemporelle. Cette lutte classique de pouvoir entre l’ancien et le nouvel ordre […] Menés par un intangible vent de changement, un mouvement émergeant s’efforce de bousculer l’ordre établi, insufflant espoir et renouveau pour faire jaillir la lumière sur un monde en parfaite harmonie… » Rien de moins ! Je vous avoue n’y avoir vu que du feu, que dalle ! Bien malin sera le spectateur qui saura déduire ce scénario à partir des performances acrobatiques et athlétiques dont il sera témoin.

À mon avis, que nul n’a obligation de partager, ce scénario n’a de sens et d’intérêt que pour les maquilleurs, costumiers, concepteurs des décors et metteurs en scène qui y trouvent inspiration pour leurs élans créatifs. Parce que, comme le Cirque du soleil ne fournit ni programme, ni notes explicatives aux spectateurs, et que nul commentateur ne donne d’explications durant la représentation, le scénario passe totalement inaperçu. J’ai été surpris d’apprendre qu’il y en avait un.

Mais, étonnamment, notre méconnaissance du scénario n’a finalement et strictement aucune importance! Parce que le tape à l’œil des costumes, des coiffures, des maquillages, des décors, et des mises en scène aidant, appuyé par une musique originale live, et grâce à des performances acrobatiques toutes aussi époustouflantes les unes que les autres, tout cela suffit amplement à capter notre attention, à nous séduire et à susciter notre admiration. Bref, le scénario « occulte » n’a rien à voir avec notre ravissement et notre émerveillement devant cet exceptionnel déploiement de prouesses électrisantes. L’inoubliable spectacle offert par les athlètes circassiens se suffit amplement à lui-même.



Les bouffonneries

Les différents numéros acrobatiques sont entrecoupés de scénettes exécutées par des clowns. À mon humble avis, qui n’engage que moi, les performances clownesques sont trop nombreuses et auraient probablement avantage à être remplacées par des numéros de danse acrobatique, ou par des jongleurs, magiciens, contorsionnistes, etc. Je suis toujours étonné lorsque je constate le succès remporté par des clowns auprès d’un public majoritairement adulte : voilà bien une autre preuve que tous les goûts sont dans la nature. La seule bouffonnerie que je conserverais, s’il n’en tenait qu’à moi, serait la « tempête de neige » qui marque la fin de la première partie et qui est tout particulièrement amusante, spectaculaire, et rappelle inévitablement le « Slava show ».



Une enfilade de numéros enlevants

En faisant abstraction des clowneries, et dans l’ordre où ils sont présentés, voici les numéros qui vous épateront si vous décidez d’assister à une prochaine représentation :

• Acro Pôles (sauts acrobatiques à partir de longues tiges flexibles)
• Roue Croisée (pirouettes exécutées au moyen de deux anneaux concentriques fixés à 90 degrés l’un de l’autre)
• Duo Trapèze Synchronisé
• Danse de feu (très spectaculaire manipulation de bâtons enflammés aux deux extrémités)
• Sangles aériennes (numéro durant lequel est chanté le tube qu’est devenu Alegria)
• Manipulation de cerceaux (le hula-hoop à son meilleur)
• Powertrack (impressionnants sauts au trampoline)
• Main à main (de l’acrobatie en duo et à mains nues)
• Barres aériennes (le clou du spectacle, une époustouflante démonstration de voltige aérienne sur trapèze)


crédit photo : Marie-Andrée Lemire




Nécessité de choisir judicieusement son siège

Sachez que si vous occupez un siège des sections 205 ou 206 - les deux sections les plus près et de part et d’autre de la scène - votre vue sera partiellement obstruée par un des 4 piliers majeurs de l’armature du chapiteau. Mon accompagnatrice et moi occupions les sièges 15 et 16 de la rangée O de la section 206 et avons été fort dérangés par le pilier qui cachait partiellement le milieu de la scène. Cependant, comme notre section comportait plusieurs sièges vides (à notre droite), nous avons tout de même pu nous déplacer de l’un à l’autre pour mieux jouir du spectacle. De plus, de notre position, la vue de l’arrière scène était à tout fin pratique inexistante : tout ce qui s’y passait nous échappait. La mise en scène et la disposition des sièges privilégient nettement ceux qui sont assis dans les fauteuils (les plus dispendieux) situés au devant de la scène.



Un spectacle à ne pas manquer

Malgré ce bémol imputable à la configuration de la salle et aux incontournables impératifs d’un chapiteau, je recommande grandement ce spectacle qui nous en met plein la vue et mérite incontestablement la réputation d’excellence qu’il s’est forgée.


Longue vie à Alegria et au Cirque du soleil. Vous pouvez consulter le calendrier de ses prochaines représentations et vous procurer des billets en accédant, ici, à son site internet.