Chiens secouristes sur GRAND écran !
Chiens secouristes sur GRAND écran !

Publié par Ève Christian le Sam. 8 juin 2019 à 11h30 - Contenu original
Cinéma, Centre des sciences de Montréal, Chiens secouristes, Documentaire, Ève a vu, Ève a aimé, Imax, Sciences, Suggestions de sorties, Super Chiens 3D, Vieux-Port de Montréal

Crédit photos: Cosmic Productions

Amateurs de cinéma, ne manquez pas d’assister aux présentations qui sont offertes jusqu’à l’automne prochain au IMAX du Vieux-Port de Montréal ! Parmi les trois films présentés, mon préféré, en raison du sujet, est Super Chiens 3D.


Un grand cinéma

La salle qui projette les films IMAX est vaste : on voit bien de partout, mais, personnellement, je préfère les rangées du haut. Comme au vrai cinéma, si vous avez une petite fringale, vous pouvez acheter une collation au casse-croûte et l’apporter à votre siège (il y a des porte-verres). Avant de pénétrer dans la salle, on vous remet des lunettes 3D qui permettent de voir la présentation comme si vous en faisiez partie.


Les amoureux des chiens seront servis

Je vous le dis tout de go : vous serez par moment ému presque aux larmes alors qu’à d’autres, vous tiendrez à peine sur le bout de votre fauteuil en constatant les capacités remarquables de ces héros canins qui sauvent des humains en danger dans diverses situations.

C’est Henry, un border-collie, qui est la vedette de ce film d’une quarantaine de minutes. Lui-même s’occupe de rescaper des victimes d’avalanches dans les Rocheuses canadiennes. On est bouche bée en le voyant à l’œuvre, flottant à plusieurs dizaines de mètres entre ciel et terre, suspendu avec son maître-secouriste à un cordage sous l’hélicoptère envoyé afin d’atteindre des endroits difficiles d’accès en haute montagne. On le voit, lunettes de ski sur les yeux, dévaler ces pentes abruptes en courant entre les skis de son acolyte-humain. Des extraits du tournage avec Henry vous couperont le souffle (en anglais) :




D’ailleurs, c’est en visionnant le film, que j’ai compris pourquoi il marchait entre les jambes de son entraîneur lorsqu’ils ont traversé la foule lors de la première médiatique : il faisait comme lors de ses missions de sauvetage !

Moi aussi, j’ai vu Henry, comme plusieurs spectateurs assistant à ce visionnement. Il était sagement assis sur une table telle une vedette d’Hollywood qui attend ses fans. Je me suis approchée de lui et j’ai même eu la chance de lui caresser le flanc. De toute ma vie, j’ai rarement rencontré un être vivant aussi concentré ; il n’a d’yeux que pour son entraîneur. Car évidemment, ces animaux font leur travail avec des humains qui sont eux aussi des personnes d’exception.

Henry donc, personnifié par la voix d’Alexandre Fortin, est le narrateur ; il nous présente les histoires de cinq autres super chiens.

On rencontre Reef, un gros terre-neuve, qui travaille avec les gardes côtiers en Italie. Majestueux sur le pont du bateau avec sa veste, il semble toujours prêt à sauter pour sauver les naufragés.




L’équipe de tournage est aussi allée au Kenya, où Tony et Tipper, de grands Saint-Hubert à l’odorat hyper développé, suivent la piste de braconniers qui s’attaquent à des espèces en danger en Afrique.

Des effets spéciaux réalisés par la compagnie montréalaise Rodeo FX mettent l’accent sur la science derrière la façon dont ces chiens utilisent leur sens. C’est d’ailleurs très exploité avec l’histoire de Tony et Tipper. On « voit » les pistes qu’ils suivent, nez collé au sol, comme si elles étaient visibles.




Quant à Ricochet, il a une façon hors de l’ordinaire d’aider des personnes aux problèmes particuliers, dont un jeune garçon autiste et un soldat en syndrome post-traumatique : il fait du surf avec eux dans les eaux californiennes ! Impressionnant à quel point il a le pied marin !




À différents moments dans le film, on suit aussi les trois premières années d’un berger hollandais. La chienne Halo a été choisie parmi d’autres chiots de la pouponnière par Kat, membre d’une équipe d’élite de Miami. Cette dernière a travaillé plusieurs années avec deux autres chiens qu’elle a malheureusement perdus. Ils la secondaient lors de recherches pour secourir des victimes de catastrophes naturelles, coincées sous les décombres. Comme elle le raconte, elle hésite à reprendre un chiot pour en faire son acolyte, car elle trouve extrêmement difficile de s’en séparer… Mais ça clique entre elles deux et elle se laisse convaincre.




On assiste au développement de Halo pendant plusieurs mois, à la patience incroyable de Kat à répéter et répéter encore les entraînements difficiles dans cet apprentissage du secourisme pour son chien. Finalement, on attend, à côté d’elle (je vous ai dit, on fait partie intégrante du film!), le résultat de l’examen qui accordera ou non le diplôme de « super chien » à Halo. Cet extrait vidéo démontre la connivence entre le maître et l’élève !




Le réalisateur montréalais, Daniel Ferguson, explique les enjeux du tournage par le fait qu’il devait être à l’écoute de ces chiens, qui ne sont pas des animaux dressés pour le cinéma, mais de véritables secouristes qui font un travail. Il nous avoue qu’avant ce film, il était un homme à chat ; mais il a changé !


Super Chiens 3D est présenté au cinéma IMAX du Centre des sciences de Montréal plusieurs fois par jour en français (quelques représentations hebdomadaires en anglais), et ce, au moins jusqu’à l’automne. Il intéressera toute la famille, mais les enfants en profiteront davantage à partir de 5 ans.

Tant qu’à être au Centre des sciences, pourquoi ne pas visiter les expositions ? Il y en a plusieurs, pour tous les goûts et tous les âges. À vous de les découvrir !

Consultez la billetterie pour connaître les forfaits et les combos IMAX et expositions.