L’Odyssée des plantes : un voyage dans le temps sur un parcours ludique
L’Odyssée des plantes : un voyage dans le temps sur un parcours ludique

Publié par Ève Christian le Jeu. 27 juin 2019 à 11h30 - Contenu original
Exposition, Activités familiales, Ève a vu, Ève a aimé, Jardin botanique, Jeunesse, L’Odyssée des plantes, Nature, Sciences, Suggestions de sorties

Crédit photos: Mathieu Rivard


L’évolution de la vie sur Terre est présentée par le biais des plantes au Jardin botanique de Montréal. Une activité à faire en famille, en plein air, qui permet d’apprendre en s’amusant.


Un fil du temps qui se dévoile au fil de nos pas


Le parcours de L’Odyssée des plantes est installé au cœur de l’Arboretum, un magnifique endroit boisé qui nous fait oublier qu’on est à Montréal.

Ce travail conjoint des équipes scientifiques, éducatives et horticultrices suit la ligne du temps à partir de 2,4 milliards d’années dans le passé, dans un décor où près de 7000 spécimens d’arbres et d’arbustes sont répartis en 50 collections. Un voyage dans le temps qui démontre le changement des espèces végétales et les processus qui les ont menées à dominer la Terre !

Des bornes parsemées sur le parcours et des pierres installées ici et là dans le chemin fait de terre rougeâtre nous guident dans l’histoire de l’évolution. Racontée en huit étapes, chacune d’elle met en lumière un pan important de l’histoire.



Les concepteurs ont pensé à la famille : à chacune des étapes, on retrouve des activités ludiques (détaillées ci-bas entre parenthèses) en lien avec la thématique chronologique.


1) Tout commence par les cyanobactéries qui, par la photosynthèse, génèrent de l’oxygène. Un milliard d’années ensuite naissent les premières algues. (Rafraîchissez-vous sous la brume d’eau projetée par trois arches — bienvenue par journée de canicule !)

2) Il y a 470 millions d’années, certaines plantes sortent de l’eau, mais l’adaptation est difficile. Pour leur survie, leurs cellules se munissent de la cuticule dont une des propriétés est de bloquer les rayons UV. C’est l’arrivée des mousses. (Faites un nez à nez avec certaines d’elles.)





















3) Vivre sur Terre représente un enjeu ; l’apparition des canaux de circulation assurera la survie de certaines espèces. Les racines ancrent les plantes au sol et les tiges, qui s’étirent vers le haut, permettent aux rayons solaires d’atteindre les plantes. ( Marchez dans une allée de prêles ; chut ! remarquez le bruissement des feuilles. )

4) Cependant, des tiges nues ne sont pas efficaces pour la photosynthèse. Les feuilles viennent régler le problème en captant l’énergie solaire pour créer leur propre nourriture. Elles apparaissent il y a environ 410 millions d’années. ( Station contemplative ; étendu dans un des trois hamacs, testez différents types d’ombrage. )

5) Le cambium, vous connaissez ? C’est une fine couche de cellules qui permet aux plantes d’augmenter leur diamètre autant vers l’intérieur que vers l’extérieur. De ce fait, les plantes deviennent plus fortes. ( Traversez sur une passerelle suspendue faite de cordage et de bois, souple à dur, et dévalez la glissoire. )





















6) L’apparition des graines permet une dispersion efficace et assure donc une meilleure reproduction. Elles sont pleines de vertus et protègent les embryons jusqu’à la germination dans des conditions idéales. Les plantes qui en produisent s’affranchissent ainsi du milieu aquatique. ( Informez-vous sur les graines, la fécondation et les fleurs à la table d’animation qui fait le pont avec l’étape suivante. )

7) 245 millions d’années s’écoulent avant qu’enfin, les fleurs se développent. Elles attirent les animaux, qui les butinent ou les mangent, disséminant leur pollen ou leurs graines un peu partout. Aujourd’hui, les plantes à fleurs représentent 90 % des végétaux sur la planète. ( Explorez les organes reproducteurs de façon originale en jouant au ballon-panier ; ou devenez une abeille butineuse dans un pavillon transformé en un pré fleuri ! )

8) Cette dernière étape décrit l’arrivée de l’homo sapiens qui dépend de la biosphère pour survivre. On évoque ce lien de dépendance et la quête d’équilibre. ( Trouvez l’équilibre à deux ou à quatre sur cette balançoire à bascule. ) Des projets concrets à travers le monde, dont la phytoculture, sont aussi décrits sur un grand panneau.



L’Odyssée des plantes peut se visiter tous les jours jusqu’au 2 septembre de 11h à 18h avec des guides-animateurs. Il sera ensuite possible de le faire en visite libre jusqu’au 31 octobre.

Mais ce parcours n’est qu’une activité parmi tant d'autres offertes par le Jardin botanique ! Vous pouvez découvrir ce qu’on peut y faire cet été, par ici !