The Anderson Ponty Band au Théâtre Saint-Denis: Les 7 plus grandes chansons de Jon Anderson
The Anderson Ponty Band au Théâtre Saint-Denis: Les 7 plus grandes chansons de Jon Anderson

Publié par Charlotte Mercille le Ven. 20 mai 2016 à 9h00 - Contenu sponsorisé
Musique, Jon Anderson, Nouvelles, Progressif, Rock, Théâtre Saint-Denis

Crédit photos: Rubin Fogel Productions

À presque 71 ans, Jon Anderson est en pleine forme! Avec son groupe The Anderson-Ponty Band, ce dernier sera de passage au Théâtre Saint-Denis à Montréal le 26 mai prochain. Ancien membre du légendaire groupe de rock progressif Yes, Jon Anderson s’allie avec le talentueux violoniste jazz Jean Luc-Ponty pour présenter ses grands succès ainsi que les plus récentes créations du groupe formé en 2014. Voici 7 chansons inoubliables de ce musicien prolifique qui ont atteint des records de popularité durant les dernières décennies.

1 - «Owner of a Lonely Heart» (1983)

«Owner of a Lonely Heart» est très probablement la chanson la plus reconnaissable du groupe anglais Yes. Premier morceau de leur onzième album 90125, il est le premier à atteindre le sommet du palmarès Billboard Hot 100 dans la catégorie rock. Reprise à plusieurs reprises par plusieurs artistes comme Michael Jackson et Max Graham, le tube est devenu un classique des années 80. «Owner of a Lonely Heart» sera certainement joué par le nouveau groupe d’Anderson, puisque celui-ci a crée une intrigante nouvelle version de la pièce avec Jean-Luc Ponty pour leur album sorti en 2015.

Pour les nostalgiques et les curieux, le clip officiel ci-dessous:


2 - «Close to the Edge» (1972)

L’une des pièces les plus ambitieuses d’Anderson, «Close to the Edge» occupe la face entière de l’album éponyme sorti en 1972. En effet, la pièce composée de quatre mouvements dure presque dix-huit minutes (!), un sommet dans la durée d’un morceau rock. Écoutez l’échantillonnage méticuleux d’Anderson de sons issus de la nature et l’orgue majestueux de Rick Wakeman au troisième mouvement.


3 - «Roundabout» (1971)

Aujourd’hui, «Roundabout» est considéré par plusieurs comme un incontournable du répertoire rock classique. Fait intéressant, l’idée de la chanson a germé alors que le groupe était en pleine tournée, entre deux concerts à Aberdeen et Glasgow. Jon Anderson et Steve Howe trouvaient qu’il y avait tellement de rondpoints sur leur route, ce qui les a inspirés à créer une pièce jouée dorénavant presque à tous les concerts d’Anderson. À écouter le volume dans le tapis lors de votre prochain virée en voiture!



4 - «Wondrous Stories» (1977)

Lancé en juillet 1977 sous l’étiquette Atlantic Records, l’album «Going for the One» marque le retour de Rick Wakeman, le départ du claviériste Patrick Moraz et surtout la réunion du groupe Yes après la poursuite d’une carrière solo chacun de leur côté. À sa sortie, «Wondrous Stories» est rapidement devenu le succès commercial de l’offrande. Le morceau évoque le style ingénu de Jethro Tull, mais avec une présence accrue d’envolées de claviers et de guitares fleuries. On a hâte d’entendre la version revisitée d’Anderson combinée avec le violon virtuose de Ponty!


5 - «And You and I» (1972)

«And You and I» est la deuxième pièce la plus célèbre de l’album «Close to the Edge». Surnommé, «The Protest Song», elle est considérée par plusieurs critiques comme le chant du cygne d’Anderson, parce qu’elle mêle admirablement la fibre environnementaliste et activiste du groupe dans des textes glorifiant le sens de la vie. Anderson a co-écrit avec Chris Squire (décédé l’année dernière), Steve Howe et Bill Bruford ce magnifique paysage sonore.


6 - «State of Independence» de Jon & Vangelis (1994)

«State of Independence» représente bien les fruits de la brillante collaboration entre Anderson et le compositeur grec Vangelis. Les arrangements sont très créatifs; l’habile mélange du reggae et de l’instrumentation électro donnent l’impression d’assister à un concert de Bob Marley dans un vaisseau spatial. Depuis sa sortie en 1981 dans l’album «The Friends of Mr. Cairo», elle a fait l’objet de plusieurs reprises dont la plus populaire est celle interprétée par Donna Summer.



7 - «Flight of the Moorglade» (1976)

Issu de l’unique album entièrement réalisé par Anderson en solo, Olias of Sunhillow est considéré par certains critiques comme son oeuvre la plus réussie. Deux ans de conception et huit mois d’enregistrement auront été nécessaires pour produire ce petit bijou du rock progressif. Sur fond de science-fiction post-apocalyptique «Flight of the Moorglade» possède une richesse instrumentale difficile à égaler.