Qui aurait cru Tartuffe à gogo !
Qui aurait cru Tartuffe à gogo !

Publié par Esther Hardy le Mer. 5 octobre 2016 à 22h00 - Contenu original
Théâtre, Anne-Marie Cadieux, Benoît Brière, Emmanuel Schwartz, Esther aux premières loges, Molière, Monique Miller, Théâtre du nouveau monde

Crédit photos: Yves Renaud

Le Théâtre du Nouveau Monde, en collaboration avec la compagnie UBU présente « Tartuffe » de Molière jusqu’au 22 octobre prochain, dans une mise en scène de Denis Marleau et avec une distribution de comédiens judicieusement sélectionnés pour faire honneur à cette œuvre classique, soit: Monique Miller, Benoît Brière, Anne-Marie Cadieux, Emmanuel Schwartz, Carl Béchard, Bruno Marcil, Violette Chauveau, Rachel Graton, Jérôme Minière, Nicolas Dionne-Simard, Anne Éthier, Maxime Genois et Denis Lavalou.


Bruno Marcil, Rachel Graton, Anne-Marie-Cadieux et Jérôme Minière



Le rideau s’ouvre sur un tableau tout droit sorti de la fin des années ‘60. On ne peut deviner si l’action se situe dans une commune un peu déglinguée ou tout simplement dans le salon d’un appartement chic d’une famille…plutôt ouverte d’esprit… Et hop, les répliques de la langue de Molière se succèdent avec ses vers et nous plongeons au cœur de l’intrigue de cette célèbre tragi-comédie bellement mise en scène.

Le choix d’adapter cette œuvre dans les années à gogo, qui disons-le se situe trois cents ans après sa création initiale de 1669, nous étonne d’abord. Néanmoins la surprise passée, on se délecte de ce choix audacieux! Particulièrement en voyant le faux dévot Tartuffe gratouillé de la guitare électrique, accompagnée de son ami Laurent, incarné par nul autre que le talentueux Jérôme Minière. Et ça tient la route…Orgon incarné par Benoît Brière s’accroche dans un aveuglement total pour ce Tartuffe mystificateur d’Emmanuel Schwartz, faussaire et profiteur parfait et drôle!


Anne-Marie Cadieux


Le mélange des époques nous séduit d’autant plus, en revoyant le style et les costumes des femmes de ces années, les airs mi bourgeois et mi hautain du personnage d’Anne-Marie Cadieux. Cette superbe comédienne qu’on aime depuis toujours nous séduit par la justesse de son jeu! Au point de devenir un coup de cœur artistique avec son interprétation de l’épouse d’Orgon! Elle est drôle, coquine, ratoureuse, sobre, et tout cela, avec en prime sa classe légendaire!
Voilà! Son interprétation d’Elmire, victime calculée de Tartuffe est tout simplement savoureuse!

Emmanuel Schwartz et Anne-Marie Cadieux



Le Tartuffe d’Émmanuel Schwartz n’a rien à voir avec tout ce qu’on a pu visiter au théâtre auparavant. Son talent de métamorphose nous a impressionnés dans “En attendant Godot”, cette fois cette qualité plastique de caméléon très particulière prend son envol dans ce menteur et profiteur illustre. Emmanuel nous offre un Tartuffe craquant, délicieux comme je ne l’ai jamais vu auparavant.

Benoît Brière et Monique Miller




Benoît Brière m’a encore une fois conquis dans un Orgon aveuglé par son désir de pureté qui voue une confiance utopique à Tartuffe, prêt à donner tous ses biens en échange de cette fausse amitié. Son travail technique et sa verve légendaire coulent dans un naturel désarmant qui nous charment. Benoît Brière est un grand comédien!


Emmanuel Schwartz et Anne-Marie Cadieux


Naturellement, la mise en scène précise de Denis Marleau ordonne tout ce talent avec brio. D’ailleurs, la scène de la table entre Tartuffe et Elmire, l’épouse d’Orgon, cette seule scène d’anthologie vaut le déplacement. Pour l’avoir vu à plusieurs reprises, c’est incontestablement la mise en scène de Denis Marleau qui m’a le plus emballée. Emmanuel et Anne-Marie m’ont littéralement fait craquer! Ils sont fougueux, ratoureux, originaux et franchement très drôles.

Mme Monique Miller, actrice d’un âge vénérable, interprète une puissante mère d’Orgon, solide, bien articulée et toujours pleine de vigueur. Elle était surprenante avec son jeu toujours aussi précis. Sa connaissance de la pièce est étonnante puisque cette grande dame du théâtre a interprété tous les rôles féminins de la pièce Tartuffe : de Marianne à Dorine et maintenant Madame Pernelle, son rôle actuel.

Monique Miller


Janine Sutto


Le TNM célèbre le 9 octobre, ses 65 ans d’existence. Sa première production en 1951 était aussi une pièce centrale du répertoire de Molière : « l’Avare » et cette première distribution comprenait nos célèbres actrices, Mme Monique Miller et Mme Janine Sutto. Elles bouclent la boucle…un hommage bien mérité à leur talent a été offert juste avant la représentation.


L’histoire de cette œuvre maîtresse du répertoire de Molière est toujours aussi délicieuse à voir. Et cette fois, l’époque inusitée, l’interprétation des comédiens alliés à la mise en scène tout en humour de Denis Marleau créent un spectacle qui va bien au-delà de nos attentes!


Une pièce bien modernisée, des personnages bien campés, du talent en grande quantité, un excellent spectacle, ne manquez pas ça!!!!