Les Gestes | Isabelle Van Grimde 
Danse
Sam. 16 mars 2013 à 16:00
Édifice Wilder | Espace Florence-Junca-Adenot
1435 rue De Bleury, Montréal
  Carte
18.00$ / 36 % de rabais! (Régulier:28.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

La chorégraphe Isabelle Van Grimde et les compositeurs Sean Ferguson et Marlon Schumacher poussent le dialogue entre danse et musique vers de nouveaux sommets dans la chorégraphie-concert Les Gestes. Sur scène, un quatuor à cordes inattendu composé de deux musiciens et de deux danseuses équipées d’instruments de musique numériques, développés au laboratoire IDMIL (Input Devices and Music Interaction Laboratory), qui épousent les corps, les prolongent. Rencontre vibratoire entre technologie et tradition. Fusion de la chair et du son. Nourri des pulsions les plus élémentaires du corps, le geste capte la musique, la spatialise, la transforme. Jamais interactions entre danseurs et musiciens n’auront été si raffinées, si viscérales et si magiques. Une expérience sensorielle inédite qui gomme les frontières pour exalter les pouvoirs conjugués de la musique et de la danse.



www.agoradanse.com

  Les Gestes | Isabelle Van Grimde

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Les 4 haïssables | Ça va fesser!
  Singulier Pluriel / La Mondiola
   Chapitre 7 ; Ça n'arrivera plus
  Des mots d’la dynamite | Magie lente
  Greta, gardienne de prison
  Dans le champ amoureux
  Une excellente trilogie sur la vie
  Temps Universel +1 [Laboratoire Intermédial]
  Dans l'univers de Marcel Pagnol
  La cartomancie du territoire | Espace Libre
  Table rase
  Bashir Lazhar
  Équilibre | Spectacle équestre
  Dix La pièce
  Je disparais



Vos commentaires

Le corps sonore  
Si chez Rimbaud les couleurs et les lettres se répondent, chez van Grimde, ce sont les sons et les gestes qui correspondent. Et la lumière, de son absence à son irridescence, s'immisce dans ce dialogue intime. L'obscurité puis la pénombre. Unbe danseuse. Son corps. Puis gisant le sol un vers musical : alliage de métal articulé irrigué de vaisseaux tubulaires sensibles à l'effleurement : il émet une plainte, docile, il prolonge sa parole. Violon et violoncelle s'harnachent à leurs notes. Une danseuse. Comme une confrontation, un flamenco, le pied frappé, la bouche piaffe. Tryptique. Blanc, noir, noir. Mathématique lumineuse et arabesque des formes : labyrinthe égyptien, rocaille ou carré dans lequel se projette la danse. Prothèses griffues métamorphosant les corps, ossature vertébrale annotant l'effort. Elles réclament la caresse, elles offrent le murmure...

Alain F.
Dim. 17 mars 2013