Ce n'est pas la fin du monde  
Danse
Sam. 31 janvier 2015 à 16:00
Édifice Wilder | Espace Florence-Junca-Adenot
1435, rue De Bleury, Montréal
  Carte
22.00$ / 21 % de rabais! (Régulier:28.00$)
        

Il n'est plus possible de réserver de billets, ce spectacle a déjà eu lieu.

Exorciser nos peurs et nos doutes face à un monde devenu fou, voilà le pari de Sylvain Émard qui pousse dans une danse passionnée sept interprètes à l’énergie brute. Chargé de testostérone, le plateau vibre de ces êtres qui refusent d’abdiquer face au malaise ambiant. Farouchement mener la lutte, faire face. Vivre malgré tout. La rage au corps, ils dansent l’urgence. Des histoires d’hommes où les corps exultent avec force et sensibilité. Le groupe de danseurs subjugue par sa virtuosité et son rythme, et épouse brillamment la trame sonore de Martin Tétreault. Avec pour seul élément de décor une structure suspendue au–dessus de leurs têtes, tantôt enveloppante, tantôt menaçante, cette pièce est une étincelle, une lueur d’espoir, car après tout… ce n’est pas la fin du monde.

Sylvain Émard Danse est heureux de lancer les célébrations de son 25e anniversaire avec cette présentation à l’Agora de la danse.



www.agoradanse.com

  Ce n'est pas la fin du monde

Inscription
Fil culturel | Danse

Faites connaissance entre membres!


Également à l'affiche
  Trombone and Organ Recital
  Pièces d’identité
  Jazz brésilien au Resonance
  Hommage aux Beatles
  Aux sources des musiques du monde
  Deux filles & un piano
  Des mélodies... sous les chandelles !
  Hommage à Joe Dassin
  Queen ka, Ben Hérbert-Larue et Yo du milieu
  Intakto
  Nuits Latin Jazz avec Alex Bellegarde
  Mémorables Mélodies par Jocelyn St-Jean
  Coupe Internationale de slam poésie
  Brel, Brassens, Ferré
  Trio Comboïo



Vos commentaires

Un spectacle touchant  
De la danse qui impression, on en a beaucoup vu. De la danse qui touche, c'est plus rare. Quel beau paradoxe : un spectacle athlétique qui parle de vulnérabilité. Et c'est parfaitement réussi. Si ce spectacle revenait sur scène, je retournerais volontiers le voir.

Alain A.
Lun. 2 février 2015